jeudi 5 septembre 2013

LPM: Début des débats parlementaires



Le top départ du débat parlementaire sur la LPM


Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian a été auditionné ce mercredi 4 septembre par la commission des affaires étrangères et des forces armées du Sénat, marquant le premier acte du débat parlementaire qui aboutira à un vote sur la Loi de Programmation Militaire dans le courant de l'automne (Une séance qui s’est ouverte très en retard suite à une audition à huit clos sur la situation en Syrie).

Le Mindef a rappelé l’ambition du Président François Hollande de soutenir l’effort de défense afin que la France puisse maintenir son rang stratégique et garantir la capacité d’intervention, qu’il s’agisse simultanément des missions intérieures, de la dissuasion nucléaire ou des opérations extérieures. Le Ministre a rappelé que le budget sera maintenu à son niveau actuel, c’est à dire à 30,4 milliards d’euros, pour ensuite augmenter à partir de 2016. Tout en rappelant que la Défense participe à l’effort de redressement des comptes publics, avec une diminution significative des effectifs. 

Les armées vont subir une nouvelle cure drastique dans les personnels et ce sont les officiers qui seront les plus touchés: 6000 postes à supprimer, dans les fonctions "non opérationnelles", comprendre les Etats Major. En comparaison, seuls 2% des postes de fonctionnaires de catégorie A du Ministère de la Défense seront économisés, ce qui est difficile à accepter, dit-on, du coté des militaires...
Quant aux fermetures d’unités, le ministre souhaite « prendre son temps » pour le « dialogue et la concertation » et dévoilera les restructurations fin septembre/début octobre.

Le Budget des OPEX va lui baisser de près de 200 millions d'euros pour se fixer à 450 millions par an, ce qui n'est pas illogique après le retrait d'Afghanistan, et l'allègement de l'effort au Mali. D'ailleurs, quid du coût qu'engendreraient des frappes sur la Syrie ?
La préparation aux opérations, voit elle fort heureusement ses crédits sauvegardés, et même destinés à augmenter de 4,3% à partir de 2016. 

Autre priorité, qui nous intéresse particulièrement sur ce blog, l’équipement et la recherche. L’industrie de défense a été annoncée par le Livre Blanc comme étant au cœur de la LPM, et cela se traduira par un effort sur la R&D de plus de 730 millions d’euros par an. 
Le renseignement, la cyberdéfense et la judiciarisation des opérations sont les autres domaines sur lesquels le ministre s'est attardé.

Enfin, grande nouveauté, un dispositif de suivi et d’actualisation sera mis en place, afin que le conseil de défense, présidé par le Président de la République, puisse suivre l’exécution de la LPM : un rapport annuel d’exécution sera établi. 
Une clause de sauvegarde sera même incluse dans la LPM afin de pouvoir mobiliser d’autres ressources,  interministérielles, si nécessaire afin de financer les surcouts d’opex. Nul doute que cette clause aura son utilité...


Les débats parlementaires ne font donc que commencer, et ce blog les retranscrira du mieux possible durant l'automne, pour le meilleur et pour le pire !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire