jeudi 13 mars 2014

Conférence de l'ANAJ-IHEDN à Bordeaux sur l'Intelligence Economique : Compte rendu

Mardi 11 mars se déroulait pour la première fois à Bordeaux une conférence organisée par  l'ANAJ-IHEDN, sur le thème de l'intelligence économique. Elle s'intitulait plus précisément "L’intelligence économique au service de l’innovation en aéronautique Le « GPS » de l’aéronautique". 
Pour les non initiés, l'ANAJ-IHEDN (ou Association Nationale des Auditeurs Jeunes de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale), est la première association française de jeunes concernant les problématiques de défense et de sécurité. Je vous invite d'ailleurs à visiter le site officiel.
Je tiens particulièrement à remercier Nesheen SOLANKI, Délégué Régional Aquitaine de l'ANAJ-IHEDN, pour  l'organisation d'un tel événement à Bordeaux. Evénement amené à se reproduire. Car en effet, ceux qui me fréquentent savent que je déplore la "vampirisation parisienne" en ce qui concerne toutes les conférences ou colloques, que ce soit sur la défense, la géopolitique ou tout autre thème finalement. Je salue donc avec grand plaisir l'initiative.
Voici donc un bref compte rendu de la conférence. Étaient reçus pour animer le débat, Philippe LAVIRON, de la Direction du Marketing et Produits Navigation chez Thalès Avionics, ainsi que M. Olivier, fonctionnaire de police de la DCRI et spécialiste des questions d’intelligence économique à la Direction Zonale du Renseignement Intérieur (DZRI).
Deux intervenants de qualité donc.
L’intelligence économique se voulant être une pratique au service de la stratégie et de la croissance de l’entreprise, il était particulièrement intéressant d'avoir le point de vue de Thales Avionics. Et il fut question principalement de GPS. Bien que ne représentant qu'un très faible pourcentage (à ma surprise) de l'utilisation des services de type GNSS (pour Global Navigation Satellite System, dont font partie les constellations GPS ou Gallileo), l'aéronautique reste le secteur ou l'innovation a toujours un temps d'avance. Ainsi l'intervenant nous présenta la réponse de Thales Avionics à la menace croissante que représente le brouillage des signaux GPS: HONTZA 1
Si je ne suis pas assez clair, voici une démonstration (amusante si vous êtes bordelais) en vidéo, l'expérimentation se déroulant justement sur dans la région, avec la collaboration du Grand Port de Bordeaux. Les résultats seront publiés cet été.



Une fois cette première partie terminée, le second intervenant, de la DCRI donc, prit le relais pour une sensibilisation à l'IE, ou plutôt aux risques...
On apprenait par exemple que 33% (!!!) des cas d'ingérence étrangère ont lieu dans la zone sud ouest, en concordance avec la présence de grands pôles aéronautiques à Toulouse et Bordeaux. En comparaison, la région parisienne est elle concernée aux alentours de 25%.
Entre 2007 et 2012, selon les données de la DCRI, environ 5000 actes d'ingérences ont été répertoriés, ces chiffres suivant une croissance légère d'années en années. Pour 2013, ce sont quasiment 1000 actes supplémentaires.
Dans l'aéronautique, le rapport entre ingérences étrangères légales ou illégales est globalement le même que dans tous les secteurs, à savoir une proportion 60/40 % en faveur des actions légales.

La menace découle principalement des risques financiers (à hauteur de 25%), des "intrusions consenties" (18%) dont 40% proviennent des délégations étrangères, et évidemment des risques informatiques (15%). Le facteur humain ne représente finalement que 5% des cas recensés.

Enfin quelques anecdotes à retenir. Entre 15 et 20 ordinateurs portables contenant des données sensibles disparaissent chaque année en Aquitaine (loin du record du TGV Paris-Strasbourg toutefois). De plus, on arrête pas l'innovation puisqu'en ce début d'année 2014 a été identifiée la première E-Cigarette espionne !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire