mardi 11 mars 2014

La Turquie, nouvel eldorado pour les PME françaises de l'aéronautique - France Info

Pays en pleine croissance, la Turquie ambitionne de devenir une grande puissance aéronautique. A la recherche de nouveaux débouchés, une délégation d'une soixantaine de PME françaises du secteur est allée la semaine dernière défricher un terrain industriel très prometteur.

Turkish Airlines, Airbus A320-232 © Aero Icarus


Marwan Lahoud, le président du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (le GIFAS), l'affirme haut et fort, la Turquie remplit aujourd'hui, toutes les conditions pour devenir un partenaire industriel de premier plan. Des ressources humaines jeunes et éduquées, une relative stabilité politique malgré les récents scandales qui ont secoué le premier ministre Erdogan, un système judiciaire équilibré et des infrastructures modernes et dynamiques.
Ce pays de 74 millions d'habitants bénéficie en plus d'une situation géographique idéale entre l'Europe, l'Asie, l'Afrique et la Russie. Il est à l'image de sa compagnie aérienne, Turkish Airlines élue pour la troisième année consécutive "Meilleure Compagnie Européenne"et dont la croissance n'a rien à envier avec les très puissantes compagnies du Golfe.

Si Airbus, Boeing, Safran ou Thales sont déjà présents en Turquie au travers, de la société Turkish Aerospace Industrie (TAI), les PME françaises, elles sont plus discrètes, d'où cette mission, il y a quelques jours, d'une soixantaine de PME du secteur aéronautique et spatiale, avides de trouver en Turquie de nouveaux débouchés.

Marwan Lahoud, président du GIFAS et directeur général délégué à la stratégie et au marketing d'Airbus Group :  "La Turquie est une Terre à défricher."
Depuis quelques années, la Turquie investit massivement dans la R&D, recherche et développement. Les sociétés privées se sont multipliées, essentiellement dans la maintenance aéronautique et les pièces détachées. Les PME françaises ont été séduites par le haut niveau de technicité.

Alors, la Turquie va-t-elle devenir un nouvel eldorado aéronautique ? 

Il est un peu trop un peu trop tôt, pour le dire. Quoiqu'il en soit, des contacts très sérieux ont été pris. Le premier contrat à l'export de d'une PME française avec la Turquie pourrait être signée par la société de Philippe Monniot à Issoire, pour la fourniture d'avions légers de formation pour le département de la défense turque.

[vous pouvez également écouter "Chroniques du ciel" d'où découle cet article, en podcast sur le site de France Info. Je conseille également la lecture de cet article sur les 8 grands projets de l'aéronautique turque.]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire