mardi 29 avril 2014

L'aéronautique booste la balance commerciale française



On pourra trouver tous les mots pour qualifier les maux (!!) qui frappent notre balance commerciale nationale, toujours largement déficitaire... mais ce n'est pas du côté aéronautique/spatial/défense qu'il faut chercher un coupable ! 
Au contraire même ce secteur de l'industrie française a "pulvérisé" (c'est le mot fort qui ressort le plus dans la presse) ses records de ventes et de commandes en 2013 !!! La seconde bonne nouvelle est que la filière des sous-traitants a réussi à suivre l'accélération brutale de la production, or, on sait à quel point cet exercice peut s’avérer difficile pour les PME et TPE et même être source de conflit avec les grands groupes.

Annoncé lors d'une conférence de presse ce 28 avril, le chiffre d'affaires des membres du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) a enregistré une nouvelle progression de 9% du chiffre d'affaires en 2013, pour atteindre 47,9 milliards d'euros. Les exportations à elles seules ont représenté 79% des ventes (contre 75% en 2012) et ont progressé de 11,4% sur un an.

Pour se faire une idée, les rares postes excédentaires de la balance commerciale française, à savoir la différence entre la valeur de ses exportations et celle de ses importations, sont les vins et les spiritueux (en tant que bordelais je ne vais pas m'en plaindre mais vendre du vin n'inverse pas la courbe du chômage!) , ou le luxe. 
En comparaison, le secteur aéronautique/défense/spatial, avec 22 milliards d'euros, surclasse largement les autres secteurs. Les commandes ont augmenté de 49%, pour atteindre 73,1 milliards d'euros.

Les explications de ce record sont à chercher dans la demande d'avions civils venant d'Asie surtout, qui a explosé en cinq ans, profitant principalement à Airbus Group.

Ces chiffres vont ils resurgir sur l'emploi ? Les entreprises du Gifas assurent qu'elles continueront à embaucher cette année. Elles prévoient 10.000 recrutements en 2014, contre 13.000 en 2013 qui ont porté les effectifs totaux à 177.000 personnes. On sait à quel point il est dangereux pour les structures les plus petites et les plus fragiles de vouloir grandir trop vite. Surtout que la formation ne suit pas au niveau national...

Enfin, pour en arriver à un thème cher à ce blog, qu'en est il des parts de la défense ?  Le secteur civil à lui seul a passé 83% des commandes en 2013 tandis que les pays occidentaux continuaient à tailler dans leurs dépenses militaires (avant que cela ne change ?)
Marwan Lahoud, Directeur Général Délégué à la Stratégie et au Marketing d'Airbus Group, a cependant rappelé que la défense avait deux particularités: elle génère l'essentiel de l'innovation technologique et elle permet l'ancrage de l'industrie sur le territoire national. Sans elle, l'industrie aéronautique se délocaliserait, notamment pour baisser les coûts de production et éviter l'obstacle de l'euro fort, qui la pénalise face aux producteurs en dollars.

Ces chiffres impliquent nombre de problématique, que je traiterai dans les prochains jours et semaines, mais je ne peux que vous conseiller de nouveau la lecture du dernier numéro d'Air&Cosmos, consacré au Sud Ouest.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire