vendredi 18 avril 2014

L’Union européenne souhaite instaurer des normes pour les équipements de défense - http://www.affaires-strategiques.info/

issLogo

La Commission européenne et l’Agence européenne de défense souhaitent la mise en place de mesures pour homogénéiser les équipements de défense pour les pays de l’Union. Une standardisation permettrait des économies d’échelles, la fragmentation actuelle des marchés impliquant des coûts élevés pour les Etats. L’Institut d’études et de sécurité européenne propose une analyse de ces enjeux.

Les avantages principaux de cette standardisation seraient une réduction des coûts et une mise en commun des compétences. Une collaboration a déjà eu lieu entre les pays européens à travers l’Otan, afin de développer des projets communs dans les domaines des masques à gaz et des carburants. De plus, la standardisation s’inscrit dans la droite ligne des choix politiques des Etats membres, à savoir la réduction globale des budgets annuels de défense et le développement de l’interopérabilité des forces armée européennes. 

Selon la directive sur les marchés publics de défense de 2009, la standardisation commencerait dès la phase de conception et engloberait tout le cycle de vie du produit, fabrication, maintenance et services inclus. Les bénéfices de cette directive se constateraient sur le plan commercial, le marché unique européen se verrait consolidé et le processus d’approvisionnement serait plus transparent. Sur le plan opérationnel, l’amélioration de l’interopérabilité entre les armées est le premier objectif, et pourrait s’apprécier lors des collaborations intergouvernementales. Dans le cadre de la Politique de sécurité et de défense commune de l’Union européenne (PSDC) et de l’OTAN, elle pourrait contribuer à réduire les délais de déploiement et améliorer l’efficacité sur le terrain.
La question de la certification des équipements, en vue de l’amélioration de la compétitivité dans l’industrie européenne de l’armement a été soulevée lors du Conseil européen de décembre 2013. Par exemple, une absence de certification pour les munitions causerait une perte de 1.5 milliard d’euros en Europe, sur un budget total de 7,5 milliards d’euros. Il existe trois organismes de standardisation dans les secteurs civils, mais les marchés de défense sont cependant très différents, et l’application des mêmes règles de concurrence parait impossible. La standardisation et la certification ne sont pas les principaux objectifs pour les entreprises du secteur de l’armement, étant donné qu’elles pourraient mettre en péril certaines industries nationales et certains marchés pourraient disparaitre par manque de compétitivité. Certains pays pourraient décider que la standardisation coûte trop cher et se tourneraient alors vers des fournisseurs non européens. La Commission européenne a été plusieurs fois critiquée pour son approche orientée sur les marchés, mal adaptée à un secteur spécifique. Avec l’Agence européenne de défense, elle a proposé un autre concept : la standardisation hybride, qui permettrait de trouver un équilibre entre le respect des particularités des industries de défense et les mécanismes du marché. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire