samedi 5 avril 2014

Mérignac: Le CEMA au cœur de la chaîne du soutien

Le 3 avril 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, était à Bordeaux pour effectuer sa première visite officielle dans la chaîne du soutien.

Il a été accueilli sur la BA106 par le général de corps aérien Jean-François Furet-Coste, officier général de la zone de Défense et de sécurité Sud-Ouest (OGZDS-SO), le colonel Olivier CELO commandant la base aérienne et le colonel Laurent Lherbette commandant la base de défense.

En se rendant à Bordeaux-Mérignac pour son premier déplacement dans une base de défense (BdD), le CEMA a choisi un site sur lequel tous les organismes engagés dans la transformation des armées sont représentés. « C’est une très grande base de défense qui soutient de nombreuses formations de toutes les armées, directions et services, et un état-major zonal très engagé dans la transformation du soutien. »

Quelles qu’en soient les spécialités, le soutien est un des facteurs clé de nos capacités opérationnelles.



Le CEMA a tout d’abord voulu rappeler que bénéficier d’une armée « qui gagne et qui protège » nécessite de disposer de capacités de soutien et de combat performantes, armées par des hommes et des femmes dont l’engagement est sans faille. « Soutenants ou soutenus, civils et militaires : tous servent le même objectif, tous oeuvrent pour une même finalité : le succès opérationnel ».

Profitant de sa présence à Bordeaux, véritable « laboratoire qui focalise tous les enjeux de la transformation du soutien», il a aussi voulu transmettre, à ceux et celles qu’il a rencontrés, sa vision du nouveau modèle d’armées à l’horizon 2020. Pour disposer à cette échéance d’un outil de défense complet, cohérent et performant, il est revenu sur la nécessité pour tous de s’engager dans le nouveau cycle de transformation en acceptant « de penser et d’agir autrement, ensemble, pour continuer à faire au mieux ». 

Rencontrer, écouter, prendre la mesure de la réalité du terrain.

A l’occasion de cette visite, il a enfin rappelé qu’elle était sa façon de faire : « rencontrer, écouter, pour revenir au sein des états-majors parisiens en ayant pris la mesure de la réalité du terrain, des préoccupations du personnel et du moral des troupes ».

Sources : EMA 
Droits : Ministère de la Défense

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire