vendredi 30 mai 2014

Ariane: Airbus veut réformer le secteur spatial européen



Le 4 décembre dernier, je posais la question de savoir si SpaceX, la société de lanceurs privés d'Elon Musk pouvait menacer les marchés du lanceur Ariane. Ma conclusion de l'époque était que le monopole d'Arianespace dans sa catégorie n'était pas en danger, mais que toutefois, SpaceX représentait une évolution majeure pour l'avenir.

Or, il semble que les événements se succèdent plus vite que prévu... Le CEO d'Airbus Group, Tom Enders, a exhorté cette semaine à Berlin (ou se déroule un salon aéronautique) les Etats européens à revoir radicalement l'organisation de l'industrie des lanceurs spatiaux et à donner aux entreprises un rôle plus important afin d'éviter de perdre le leadership dans un secteur qui représente quelque 6,5 milliards de dollars dans le monde. "Je pense que nous sommes à un moment crucial pour l'avenir de l'Europe dans l'espace et pour l'industrie européenne des lanceurs", a-t-il déclaré à Reuters.
Par cet avertissement,  il entend riposter à l'offensive de SpaceX (Space Exploration technologies) sur le marché du lancement des satellites. "Nous devons procéder à une remise à plat totale de l'industrie européenne des lanceurs spatiaux. Pas seulement au niveau des industriels mais également des agences gouvernementales afin d'assurer l'avenir et la rentabilité du secteur".
La configuration et le financement d'Ariane 6, le projet de lanceur européen qui doit succéder d'ici à 2021 à Ariane 5, fait l'objet d'âpres discussions entre les différents pays associés au programme, notamment entre la France et l'Allemagne. Les questions portent autour de la capacité d'emport, faut-il se concentrer sur les satellites lourds, ou des "lots" de petits satellites ? Sachant que l'innovation s'en mêle, la nouvelle technologie de propulsion électrique permettant en effet d’alléger considérablement les satellites....
De ce coté justement, Snecma (Safran) et Thales Alenia Space France ont signé le 20 mai un accord de coopération pour les plateformes de satellites de nouvelle génération Spacebus en propulsion « tout électrique ». Selon le communiqué officiel, aux termes de cet accord, Thales Alenia Space France proposera en référence le moteur plasmique PPS®5000 de Snecma pour la propulsion électrique de ses nouvelles plateformes Spacebus. De son coté, Snecma intégrera l’ensemble des besoins de Thales Alenia Space France dans le programme de qualification du moteur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire