lundi 14 juillet 2014

La seconde Guerre Mondiale en Aquitaine, partie 1 : l'opération Frankton

En ce 14 juillet et année de commémoration des 70 ans du débarquement, j'en profite pour lancer une "série estivale" consacrée à la Seconde Guerre Mondiale en Aquitaine. Divisée en quatre sujets, ce premier article relate l'opération Frankton, l'une des plus héroïques missions spéciales de la Guerre. Rendez vous dans 15 jours pour un article sur les fusillés du camp de Souge.

L'opération Frankton est une opération militaire de la Seconde Guerre mondiale menée par une petite unité (Special Boat Service) de dix commandos britanniques, le 7 décembre 1942.
Le raid a pour but l'attaque de navires allemands basés dans le port de Bordeaux assurant des liaisons avec le Japon. L'opération sera un succès mais huit des dix Royal Marines y perdront la vie, noyés ou exécutés par les Allemands.

Image extraite du film « Commando sur la Gironde » de José Ferrer en 1955.

L’opération Frankton est conçue dans l'objectif de faire cesser l'activité d'une flotte de la Kriegsmarine (marine allemande) basée dans le port de Bordeaux, dont on sait qu’elle force régulièrement le blocus mis en place par les alliés entre la France et l’Extrême-Orient. Ces convois transportent des armes à destination du Japon et reviennent avec du caoutchouc.
A l'initiative de Lord Selborne, ministre de la Guerre économique du gouvernement de Winston Churchill, l'opération Frankton a donc pour but de saper l'effort de guerre allemand.

C'est ainsi que la nuit du 7 décembre 1942 (hasard du calendrier, un an tout juste après Pearl harbor), douze Royal Marines sont chargés de remonter l'estuaire de la Gironde dans de petits canots, et de placer des mines limpets (bâtons d’explosifs aimantés) sur la ligne de flottaison des navires qu’ils trouveront dans le port de Bordeaux. 

Dans la soirée du 7 décembre, le sous-marin britannique HMS Tuna met cinq kayaks à l'eau (Catfish, Coalfish, Crayfish,Cuttlefish et Conger). Le sixième kayak (Cachalot) ayant été déchiré lors de la mise à l’eau, l'équipage (William Ellery et Eric Fisher) rentre en Angleterre à bord du sous-marin. 

Une insertion désastreuse

L'ensemble du commando devait remonter l'estuaire, de nuit seulement afin d'éviter d'être repérer, poser des mines sur les navires qu'il trouverait et abandonner leurs canots arrivés à Bordeaux. Problème, la malchance va très rapidement abattre sur le commando. Un premier kayak (nom de code Conger) disparaît en passant les remous de l'embouchure. Puis un second, le Cuttlefish, est perdu de vue. Enfin, le sergent Wallace et le marine Ewart, du Coalfish, sont capturés à l'aube près du phare de la pointe de Grave où ils s'étaient réfugiés pour passer la journée dissimulés sur la berge. Ils seront fusillés à Blanquefort.

Des six kayaks prévus initialement, il n'en reste donc que deux opérationnels.


La nuit du 11 décembre 1942 vers 21 heures, les deux kayaks restant passent à l'action. Le Catfish se dirige vers les quais de la rive gauche du port de Bordeaux et réussit à fixer des mines magnétiques sur trois grands navires qui y sont amarrés. Le Crayfish reste sur la rive droite au niveau de Bassens et pose ses mines sur deux navires amarrés.

Les explosions retentiront le 12 décembre 1942 à partir de 7 heures du matin.

Les mines ont explosé, quatre cargos, le Tannenfels, le Dresden, l'Alabama et le Portland, sont très sévèrement endommagés. Un sperrbrecher et le pétrolier Cap Hadid sont également touchés. Les pompiers français du port, sous l’autorité de l’ingénieur Raymond Brard, alias colonel Raymond, du Réseau Triangle-Phidias, sont immédiatement appelés, et selon un rapport français, ils ont contribué délibérément à aggraver les dommages en inondant les navires avec leurs lances afin de les faire chavirer.

L'extraction

Les quatre hommes descendent la Gironde jusqu'à Saint-Genès-de-Blaye en profitant de la marée descendante et du courant, coulent leurs embarcations et s'enfoncent dans les terres pour entreprendre un voyage de 160 km en zone occupée à pied jusqu'à Ruffec (Charente). Pour plus de sécurité les deux équipes se séparent. Le 14 décembre 1942, l'un des deux groupes (Laver et Mills) est repéré et dénoncé, près de Montlieu la Garde. Ils sont arrêtés et malgré leur uniforme de l'armée britannique seront considérés comme des terroristes (et non des militaires comme le veut la Convention de Genève). Ils sont fusillés en mars 1943 à Paris.

source: musee.delaresistance.free.fr

L’autre groupe (Hasler et Sparks), aidé par la Résistance Française puis les réseaux catalans et Républicains espagnols, rejoignent Gibraltar le 1er avril 1943, après un long et tumultueux périble: Blaye, Donnezac, Saint Germain de Vibrac, Saint Même les Carrières, Saint-Preuil, Ruffec, bois de Benest, Marvaux, Roumazières, Limoges, Lyon, Marseille, Perpignan, Bañolas, Barcelone, Madrid et enfin Gibraltar.

Cette opération audacieuse par sa conception, par le soin de sa préparation et le courage de son exécution, fut l'un des premiers raids des forces alliées en territoire occupé. Lord Mounbatten, vice-amiral et chef des Opérations combinées, le considéra comme « le plus courageux et imaginatif de tous les raids jamais menés par les hommes des Opérations combinées »

Plusieurs films, telefilms et ouvrages lui sont consacrés.

Commémorations


Le souvenir des héros de l'opération Frankton est commémoré chaque année en France, notamment à Bordeaux, à Blanquefort, à Saint Georges de Didonne et à Ruffec. Des plaques commémoratives ont été posées en Entre-Deux-Mers à Baigneaux et à Cessac. 



Le 3 mai 2014, comme cela avait été signifié sur ce blog, et afin de célébrer la certification du 1000 ème nageur de combat, une reconstitution historique a été réalisée par huit élèves nageurs. Après une remontée de 140 km, les élèves nageurs de combat abandonnaient leurs kayaks au même endroit que leurs aïeux, à proximité de là où trône désormais le  pont d'Aquitaine, puis ont réalisé une plongée offensive dans les eaux de la Garonne. 
L'opération s’est achevée avec la participation des élèves du cours aux cérémonies commémoratives de l'armistice, où étaient mêlés bérets verts et rouges des élèves et instructeurs. L'opération a été présentée à M. Alain Juppé, maire de Bordeaux en présence de Bob Maloubier, père fondateur des nageurs de combat français.

Enfin, je vous propose de découvrir ce documentaire sur l'opération, en anglais, réalisé par la BBC en 2011.



2 commentaires:

  1. Article intéressant de plus je dois ajouter que La 2eme guerre mondiale est sans doute le plus grand conflit armée dans toute l'histoire de l'humanité . Il s'agissait d'un conflit à l'échelle planétaire qui dura du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945. Vu que je suis passioné par la 2eme guerre mondiale , j'ai crée ce blog 2eme guerre mondiale dans lequel je discute plusieurs thémes important tels que le débarquement de normandie ; les causes de la 2eme guerre mondiale , les conséquences de la 2eme guerre mondiale etc ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je vous rejoins, la Seconde Guerre, par son ampleur, est ce qui m'a amené, tout jeune à aimer et à m’intéresser à l'Histoire. Même si le conflit a globalement épargné l'Aquitaine, il y a matière à développer plusieurs sujets. La région a surtout souffert de l'occupation.
      Concernant le docu de la BBC, il existe une version française qui a été diffusée par Arte.
      PS: votre blog est très intéressant, j'aime aussi beaucoup son aspect moderne (la version 3 de Pax Aquitania devrait prendre ce chemin), et vous souhaite beaucoup de réussite !

      Supprimer