vendredi 12 septembre 2014

Armée de l'air en Aquitaine: toujours plus !?

BA 120 de Cazaux, le 12 septembre 2014
Photo Radio France

Cazaux grossit !  L'escadron de chasse 2/2 Côte-d'Or vient de quitter Dijon pour la BA 120. La base girondine compte désormais dix avions Alpha Jet supplémentaires ainsi qu'une centaine de militaires en plus.
La prise de commandement de cet escadron a eu lieu ce jeudi 11 septembre en présence du général Serge Soulet, commandant des forces aériennes (CFA), et bientôt nouvel officier général en charge de la zone de défense sud ouest (OGZD-SO)
Cazaux regroupe à ce jour quasiment tous les Alpha Jet de l'Armée de l'air, en attendant le transferts des derniers encore basés à Tours.

L'escadron d'hélicoptères 1/67 Pyrénées a également reçu une CVM (Croix de la Valeur Militaire) pour son action en OPEX, mais nous y reviendrons.

Ce sont désormais 2700 personnels qui travaillent sur cette immense base. Une situation dont se réjouit le maire de la commune de La Teste, Jean-Jacques Érole, "C'est une base qui est très intégrée dans la commune. Cela fait 100 ans que les militaires sont là et nous sommes ravis d'en accueillir d'autres". D'autant plus que ces militaires doivent se loger et scolariser leurs enfants dans les communes avoisinantes.
On notera que là où certaines régions sont perdantes, comme Dijon en l'occurence, la Gironde se tire particulièrement bien des restructurations qui touchent les armées depuis 2008. Entre Cazaux (2700) et Bordeaux/Mérignac (3400 !), l'Armée de l'air est maintenant mieux que bien implantée en Gironde. Sans parler de la BA de Mont-de-Marsan, qui complète le triptyque régional.

Encore ? 

La base de Dijon justement, voit ses effectifs fondre et est menacée de fermeture. De plus, la concentration des forces spéciales air en Aquitaine amène les spécialistes à poser la question de l'implantation d'autres unités dans la région. Les CPA notamment, pour des questions de logistique et de formation. Le 30 est déjà basée à Mérignac, le 10 à Orléans, et le 20 à Dijon donc... Si ce dernier devait être relocalisé, où irai-t-il ? 

L'avenir répondra à ces questions, mais une chose est sûre, les manœuvres ne sont pas terminées.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire