mardi 4 novembre 2014

Rafale à l'export : Et l'on parle de la Malaisie


Alors que les rumeurs vont bon train concernant les signatures "avant la fin de l'année", d'une  part du méga-contrat indien (126 appareils), mais aussi d'autre part du contrat qatari (36 Rafale, potentiellement 72) dont une délégation se trouve actuellement à Paris pour négocier, voilà que le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian fait la promotion du chasseur multirôles de Dassault Aviation en Malaisie.  

En effet, la Malaisie cherche à acquérir 18 avions de combat afin de remplacer sa flotte de MIG-29. 
Lors de son déplacement à Kuala Lumpur, le ministre de la Défense s'est entretenu à ce propos avec de hauts responsables politiques malaisiens."Nous considérons que le Rafale est un très bon avion, nous sommes tout à fait disposés à avoir un partenariat avec la Malaisie à cet égard" a t-il déclaré aux journalistes présents.

En Malaisie, le Rafale affronte ses concurrents "habituels", l'Eurofighter Typhoon, le F-18 "Super Hornet", le Gripen de Saab et une fois n'est pas coutume, le Sukhoï Su-30 (Et oui, en Asie, la concurrence est aussi russe !). Cependant, il y a matière à espérer puisque la France est le premier fournisseur de matériel militaire de la Malaisie. 
De plus, placer le Rafale dans un second pays d'Asie du Sud Est, si le deal avec l'Inde se concrétise enfin, serait un signe très fort, tant pour l'industrie d'armement française que pour notre diplomatie, dans cette zone où les dépenses militaires explosent en réponse aux ambitions stratégiques chinoises.

Ce marché est évalué à 3 milliards d'euros.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire