lundi 16 mars 2015

L'Inde se renseigne sur le Rafale M pour ses futurs porte avions

Un Rafale M survolant le PA Charles de Gaulle
© ALEXANDRE PARINGAUX

La Marine indienne se renseignerait actuellement sur la version "navalisée" du Rafale (M). En effet, pour faire face à la Chine, qui vient de d'officialiser le chantier de son second porte-avions, l'Inde compte se doter de 4 bâtiments d'ici 2030. 

Les forces se mettent en place sur l'échiquier asiatique. Alors que la Chine s'est lancée dans la construction d'un second porte-avions 100% national celui-ci (le premier avait été vendu par l'Ukraine en 1998 puis rénové. Baptisé Liaoning, il est entré en service en septembre 2012), l'Inde entend bien afficher ses ambitions. Il s'agit en premier lieu de s'assurer la suprématie dans l'Océan Indien.

Disposant déjà de deux navires opérationnels*, elle a mis à l'eau son premier porte-avions de conception nationale, l'INS Vikrant, en août 2013. Ce bâtiment de 40 000 tonnes, mais propulsion diesel, est censé être opérationnel en 2018. Un second, l’INS Vishal, de 60 000 tonnes, a lui été repoussé à 2025.
La marine indienne rêve, à long terme, d'en disposer d'un autre, mais rien n'est encore prévu. En effet, une telle politique est très coûteuse. Le premier porte-avions lui a déjà coûté près de 3,5 milliards d'euros, et les doutes sont nombreux quant à sa mise au point.

* l’INS Vikramaditya, un navire russe acheté en 2004 et vieux de presque 30 ans, a été intégré à la flotte fin 2013. Il est armé d'un escadron de MIG-29. 
Il en existe un autre, l'INS Viraat, ancien HMS Hermes racheté au Royaume Uni en 1984 et armé de SEA HARRIER à décollage vertical. Il sera retiré du service en 2020.

Si vous suivez, outre son porte avions russe, équipé d'avions russes donc, l'Inde devra trouver des chasseurs bombardiers pour ses deux porte-avions "maisons" opérationnels en 2025 (si tout va bien). Or, sur le marché occidental, le Rafale est seul avec le F-18, qui commence à avoir de l'âge.
C'est pourquoi l'Inde se renseigne actuellement sur le Rafale Marine. D'autant plus que le groupe aéronaval du Charles de Gaulle se rendra en Inde pour des exercices bilatéraux ce mois d'avril !

Une autre solution, plus logique et surtout économique, serait pour l'Inde de se tourner vers son propre avion, le Tejas, dont une version navalisée est en développement. L'appareil de HAL (Hindustan Aeronautics Ltd) n'est cependant pas encore tout à fait au point...

En attendant de savoir si le Rafale M, premier appareil de sa génération à être entré en service dans les armées françaises en 2002, armera un jour l'aéronaval indienne, on attend toujours la signature du contrat export de 126 Rafale pour l'Armée de l'air...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire