mardi 7 avril 2015

Le week-end de Pâques chargé des armées françaises !

L'otage hollandais descendant d'un Caracal français à Tessalit
Photo EMA
Une libération d'otage au Mali et trois jours de résevac au Yémen ! Voici le résultat affiché par les forces françaises à la fin de ce week-end de Pâques, pendant lequel les français profitaient d'un jour férié et d'un grand soleil. 

Dans le nord du Mali, ce lundi de Pâques 6 avril, à l'aube, les forces spéciales françaises ont libéré l'otage hollandais Sjaak Rijke. Celui ci était prisonnier d'AQMI depuis le 25 novembre 2011 et une vidéo de septembre 2014 constituait la dernière preuve de vie. Voici le communiqué du ministère de la Défense: 
"A 5 heures ce matin, à l’extrême-nord du Mali, une action militaire a été conduite par les forces spéciales de l’armée française pour libérer l’otage néerlandais Sjaak RIJKE, enlevé à Tombouctou le 25 novembre 2011 par un groupe terroriste. Par ailleurs, cette action de combat a permis la capture de plusieurs individus. La libération de M. RIJKE vient rappeler la détermination sans faille de la France à lutter contre les groupes terroristes armés dans la région du Sahel, dans le cadre de l’opération BARKHANE. M. RIJKE a été évacué et mis en sécurité à Tessalit, sur la base temporaire avancée de l’opération BARKHANE. Il est sain et sauf. En cette matinée de soulagement pour la famille et les compatriotes de l’ex-otage, le ministre de la Défense adresse ses félicitations aux militaires français qui ont permis le succès de cette nouvelle opération. Jean-Yves LE DRIAN s’est entretenu avec son homologue Jeanine HENNIS-PLASSCHAERT pour lui annoncer la fin de la captivité de son compatriote. A la première heure ce matin, le ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent FABIUS, a également averti son homologue Bert KOENDERS."
Contrairement à ce que l'on pourrait penser à la lecture du communiqué et comme François Hollande l'a confirmé depuis, cette opération n'était pas une libération d'otage mais bien un assaut contre un GAT (groupe armé terroriste). Les commandos présents ont eu la surprise de trouver l'otage: « Cela été pour nos forces une surprise de pouvoir libérer cet otage. Nous n’avions pas d’information sur cet otage. Les forces spéciales menaient une opération contre un groupe terroriste, près de Tessalit sur la base d’informations recueillies et ont neutralisé le groupe. Il y a eu plusieurs morts dans le groupe terroriste. D’autres ont été fait prisonniers ». Une aubaine !
Il reste 2 otages occidentaux dans la zone sahélienne, un britannique et un suédois.

Pas d'information cependant sur les forces spéciales impliquées, et c'est bien normal. On notera toutefois la présence d'un Caracal du 4ème RHFS.


La Marine évacue des ressortissants étrangers du Yémen

Tout le week-end, plusieurs navires militaires français, le BPC Dixmude, puis le patrouilleur L'Adroit et la frégate légère furtive L'Aconit, se sont relayés sur le port d'Aden. Ils sont évacué 63 ressortissants étrangers donc 23 français d'un Yémen qui sombre dans la guerre. L'Adroit a également escorté et traité médicalement 2 embarcations de réfugiés comprenant 139 et 156 personnes.

Un hélicoptère Puma du 3e RHC étant présent en tant que détachement de l'ALAT (DETALAT) sur sur le BPC, tous les civils secourus ont pu être rassemblés sur ce dernier, afin d'être rapatriés vers Djibouti.

Des fusillers commandos de la Marine Nationale à Aden - EMA
C'est justement le BPC, véritable base flottante doté d'un hôpital de campagne et parfaitement adapté aux opérations de RESEVAC, qui a entamé le bal grâce à son EDA-R, une nouvelle barge de débarquement (ou embarquement en l’occurrence). 

Les civils à bord de l'EDA-R du BPC Dixmude - EMA
Enfin notons que la France n'est pas la seule à agir puisque de nombreuses marines se sont relayées à Aden, comme les chinois ou les indiens notamment. Le Yémen lui, s'enfonce dans un conflit sur fond de rivalités Arabie Saoudite/Iran...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire