dimanche 31 mai 2015

Le Rafale «beaucoup trop cher» pour l'Inde qui se limitera à 36 avions


On apprend par l'AFP et de la bouche du Ministre indien de la Défense que l'Inde se limitera à sa commande de 36 chasseurs Rafale. L'avion français de Dassault serait "beaucoup trop cher".

Ce serait une grande, très grande déception pour la France si cette menace venait à se confirmer. Alors que l'on espère des suites au premier contrat indien annoncé en avril à Paris par le Premier Ministre Narinda Modi pour 5,5 Mds $. 
Initialement c'était un méga contrat de 126 appareils qui était prévu, dont seulement 18 assemblés en France. La donne a changé depuis avec ce premier contrat "sur étagère", sans transfert de technologie et assemblage sur place donc, contredisant la politique du "Make in India" censée développer l'industrie indienne et donc limiter la dépendance actuelle s'agissant des importations.

Mais le Ministre de la Défense Manohar Parrikar a en effet déclaré au journal Trust of India que les plans du précédent gouvernement concernant le contrat MMRCA (les 126 avions) étaient "économiquement non viables et non nécessaires", indiquant que l'Inde se limiterait à cette seule  et unique commande de 36 Rafale.

Le contrat Rafale n'est toujours pas signé, mais selon Manohar Parrikar, cela devrait être bouclé d'ici trois mois. Et de comparer les avions de chasses à des voitures allemandes... "J'aimerais avoir une  BMW et une Mercedes. Mais je ne le fais pas parce que je ne peux pas me le permettre. D'une part, je ne peux pas me le permettre,  mais d'autre part, je n'en ai pas besoin".

Nous pourrions être (et sommes sûrement) simplement là devant une manœuvre politique pour faire baisser les prix, car stratégiquement parlant, et contrairement aux dires du ministre, l'Inde a besoin d'avions de dernières générations dans une Asie qui arme à grande vitesse. 

La balle revient maintenant dans le camp français si celui-ci veut garder la main. Une chose est sûre cependant, la concurrence, russe notamment va pouvoir recommencer à lorgner sur le marché indien.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire