jeudi 23 juillet 2015

Chez Dassault, la cadence de production du Rafale va tripler d'ici 2018

L'assemblage à Mérignac - Photo Frédéric Lert

Rafale toujours ! L'idée était sur la table depuis la signature du premier des contrats export en février avec l'Egypte, il ne restait qu'à programmer cette manœuvre délicate. Dassault Aviation a en effet décidé d'augmenter ses cadences de production du Rafale, jusqu'à trois par mois, d'ici 2018.

Décidément... Alors que Dassault Aviation a remis ce lundi à l'Égypte ses trois premiers Rafale (sur 24), on apprend que le processus pour une accélération de la cadence de production de l'appareil sur la chaîne d'assemblage de Mérignac est lancé. Cela devrait cependant prendre un certain temps, environ 3 ans. Une aubaine pour les 7000 personnes qui participent à la "gestation" du Rafale, dont les 1300 employés de Mérignac.

On pressentait bien évidemment ce changement après les annonces successives de contrats avec l'Egypte, le Qatar, et l'Inde, pour un total de 84 Rafale. Des commandes qui en l'état, influent directement sur celle de l'Etat français, qui voit ses appareils être détournés vers la clientèle étrangère, comme c'est le cas avec les Rafale égyptiens cette semaine.
Mais tout n'est pas si simple dans l'industrie aéronautique, militaire particulièrement, et il s'agissait de prévoir les fonds nécessaires, de nouveaux outillages, voire bâtiments, ou encore le recrutement de personnels supplémentaires.... mais également aider et préparer une supply chain vitale constituée essentiellement de PME, environ 500 !

Et ce n'est pas tout ! D'autres commandes pourraient suivre, dans l'année, les prochaines années, et même la décennie:
  • EAU - Probabilité importante pour 60 avions dès fin 2015. 
  • Malaisie - En négociation pour 16 appareils.
  • Indonésie - Le Rafale a été présenté.
  • Suisse - Annulation du marché Gripen, Rafale de nouveau en lice.
  • Canada - Avec les déboires du F-35, l'option Rafale est envisagée.
  • Belgique - Remplacement des F-16 en 2023.
  • Koweït - Intéressé, mais le F-18 américain va semble-t-il l'emporter.
  • + Egypte et Qatar qui ont chacun une option pour 12 avions supplémentaires.


Une analyse du marché, un constat pourrait-on dire, qui favorise l'optimisme. Ce qui amène d'ailleurs Eric Trappier,  PDG de Dassault Aviation, à déclarer devant la presse avoir « décidé d'augmenter la cadence de fabrication du Rafale pour non seulement faire face aux premières commandes mais surtout pour anticiper de futures commandes que nous estimons probables dans les mois qui viennent ».

Des perspectives de succès certes, mais aussi des clients à satisfaire, et en premier lieu le principal, qu'on aurait tendance à oublier, la France. Si l'on a bien voulu accepter le prélèvement d'appareils destinés à l'Armée de l'air ou la Marine directement sur la chaîne, on commence à entendre des discours discordants du côté des Etat Majors. L'Armée de l'air notamment, agite la menace d'un effondrement capacitaire si elle ne reçoit pas ses Rafale neufs en temps et en heure...
Dans une optique stratégique et non plus commerciale, une augmentation de la cadence de production devient donc impérative.

Rappel: 138 Rafale ont été livrés à ce jour. Il en reste donc 42 à recevoir sur la commande initiale de 180 appareils, dont 14 seront livrés d'ici fin 2019. Une nouvelle commande française devrait être passée afin d'atteindre les 225 Rafale, taille de la flotte de chasseurs français selon le livre blanc. 
Sur les 138 Rafale livrés, 5 cinq ont été perdus, dont 4 par la Marine. Le parc est donc actuelement de 133 Rafale.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire