lundi 20 juillet 2015

La Loi de Programmation Militaire actualisée a été votée


Le projet de révision de la loi de programmation militaire a été définitivement adopté par le Parlement français. Elle donne à la Défense une augmentation du budget et des moyens avec notamment une réduction drastique de la compression des effectifs.

Le Parlement français, Assemblée puis Sénat, a adopté définitivement le projet de révision de la loi de programmation militaire 2014-2019. Cette actualisation de la LPM prévoit d'augmenter le budget du Ministère de la Défense de 3,8 milliards d'euros sur la période 2016-2019 pour faire face aux menaces. Ne nous y trompons pas, avant les événements de janvier 2015, une telle révision était presque impensable, et l'on se demandait même comment trouver les fameuses ressources exceptionnelles (ventes d'immobilier, de fréquences radios...) qui devaient permettre de boucler le budget chaque année.

Ces crédits supplémentaires vont permettre la préservation de 18 750 postes sur les 34 000 qui devaient initialement disparaître, dans l'Armée de Terre principalement.
De plus, et surtout, garder la capacité de déployer 7 000 hommes (jusqu'à 10 000) sur le territoire national comme c'est le cas actuellement avec l'opération Sentinelle.
Plus d'équipements également, 7 Tigre et  6 NH90 supplémentaires, des ravitailleurs MRTT, et même 4 avions C-130 qui devraient pouvoir réaliser ce que n'est pas (encore ?) capable de faire l'A400M...

C'est dès mardi soir que les députés ont approuvé la loi à l'Assemblée Nationale par 291 voix contre 195 et 64 abstentions. La majorité, socialistes et radicaux de gauche ont voté pour, tandis que l'UDI et les écologistes se sont abstenus. L'opposition, ainsi que le Front de Gauche, ont voté contre. 
On notera cependant quelques dissensions au sein des Républicains (ce nom n'est vraiment pas commode pour la rédaction !). En effet, pourtant d'accord sur le principe, le sujet favorisant généralement le consensus, les Républicains, avec à leur tête leur nouveau délégué national sur les questions de défense, Philippe Meunier (Rhône),  ont donc appelé à voter contre pour des raisons, vous le devinez, politico-politiciennes, Ce qui en réaction, n'a pas manqué d'irriter le "clan défense" socialiste, dans lequel on retrouve la présidente de la commission défense Patricia Adam (Finistère), Gwendal Rouillard (Morbihan), Joachim Pueyo (Orne) ou bien sûr Marie Récalde (6ème circonscription Gironde).
Des députés "républicains", comme Jean-François Lamour (Paris), très réactif depuis quelques temps sur les questions de défense, ont néanmoins voté pour en raison des enjeux qui dépendent de cette loi.

Dès la fin de la semaine donc, les sénateurs ont confirmé le texte à leur tour et cette fois-ci, tous les groupes, exceptés le Front de Gauche contre, et EELV qui s'est abstenu, ont voté pour ce projet de loi.

La prochaine évaluation de la LPM aura lieu au premier trimestre 2017.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire