samedi 25 juillet 2015

Les éoliennes du Médoc plient face aux intérêts de la Défense Nationale


Le préfet de Gironde a rejeté le permis de construire pour une ferme de 16 éoliennes dans le Nord Médoc, dans la commune de Naujac-sur-Mer (33). La raison invoquée est la perturbation occasionnée par les pâles des éoliennes sur l'imagerie radar militaire.

Le saviez-vous ? Pourtant en pointe dans les hautes technologies et misant sur une politique de l'innovation, la Région Aquitaine est la seule région française à ne pas disposer du moindre parc éolien. Un paradoxe, notamment quand on sait que la France accueillera cette année une grande conférence sur le climat, la fameuse COP21.

Il existe cependant depuis des années un projet visant à installer un parc de 16 éoliennes dans cette partie de la région dégagée et particulièrement exposée aux vents, et même définie par le schéma régional éolien comme «le secteur le plus propice au développement de l’éolien en Aquitaine». L'emplacement idéal en somme.
Mais malheureusement, cette idée gène quelque peu les installations radars de l'Armée de l'air, qui pourraient souffrir d'interférences. Le préfet a donc tranché: le projet est suspendu.

Les réactions ne se sont pas faites attendre du côté des écologistes d'EELV Aquitaine, qui ce n'est pas nouveau, ne goûtent que très peu à la chose militaire. « La décision préfectorale pourrait sacrifier des dizaines d’emplois et la production d’énergie renouvelable pour que les pilotes de Rafale puissent s’entrainer ».
Il est vrai que le projet éolien mené par PMV Energies ainsi que des PME locales représenterait un investissement de 20 millions d’euros, et potentiellement 300 emplois pour la construction.

En 2013, le même problème s'était posé, mais avec Météo France comme antagoniste. En effet, Météo France souhaitait implanter un nouveau radar de 3 millions d'euros censé remplacer celui de Mérignac, vétuste, dans ce même secteur aujourd'hui problématique.
Le préfet avait alors favorisé le plan du parc éolien, jugeant que la région devait rattraper son retard en la matière.

Le projet n'est cependant pas abandonné et les différents acteurs pourraient tomber d'accord sur un projet de 8 éoliennes seulement, ainsi qu'un rétrécissement des zones de survol.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire