lundi 21 septembre 2015

Le « Pyrénées » de retour du désert


Participant depuis 15 mois à l'opération Barkhane, c'est l'heure du retour à Cazaux pour deux Puma de l’escadron d’hélicoptères (EH) 1/67 « Pyrénées ».

C'est un Antonov 124 (privé) qui a ramené les hélicos en métropole, à Mont-de-Marsan plus précisément. Deux hélicoptères Puma de l’EH «Pyrénées» que vous pourrez reconnaître grâce à leur peinture grise (car armée de l'air), qui les différencie des Puma de l'ALAT (Terre) qui arborent eux camouflage Centre-Europe ou désert.

Engagés dans l’opération Barkhane dans la bande sahélo-saharienne depuis le 18 juin 2014, ils étaient positionnés au Niger à Dirkou, puis dernièrement sur la base avancée de Madama, dans l'extrême nord non loin de la frontière sud-libyenne.

En 15 mois, il auront effectué pas moins de 7 mandats, 470 missions de guerre et plus de 800 heures de vol.
Parmi celles-ci, et je cite l'Etat Major des armées, des "missions logistiques de dépannage, appui-feu (le Puma est équipé d’un canon de 20 mm en sabord), interception de mobiles, AeroMedevac, reconnaissance, aérolargage... Le détachement de l’armée de l’air apporte un panel de capacités indispensables sur le théâtre et participe à des opérations aéroterrestres d’envergure. Par ailleurs, certaines d’entre elles ont nécessité le déploiement en totale autonomie du module héliporté en plein désert, au plus près des troupes au sol, dans des conditions particulièrement éprouvantes tant pour le personnel que pour le matériel".

Rentrés lundi 14 septembre à Mont-de-Marsan, ils quitteront la BA-118 pour leur BA-120 de Cazaux après leur remise en condition opérationnelle. Sur place, à N'Djaména au Tchad, demeurent encore deux hélicoptères Caracal du Pyrénées, plus modernes, et une vingtaine de personnels, équipages et mécaniciens.


Pendant ce temps, d'autres membres du régiment s'entraînent à la RESCO en Hongrie, aux cotés de participants de 11 pays. Il emportent avec eux deux Puma et des commandos spécialisés (Module de Récupération au Sol) du CPA 30 de Mérignac.

Enfin, s'agissant des hélicoptère toujours, sachez que tous ces efforts et déploiements se payent très chers, puisque un avis d'attribution du 9 septembre nous indique que la Défense va avoir recours à un prestataire privé concernant l’entraînement des équipages palois des 5e RHC et 4e RHFS. En effet, l'avis porte sur "l'acquisition d'heures de vol, sans équipage, sur un hélicoptère civil de type super puma As332 Cle au profit du 4ème Régiment d'hélicoptères des Forces Spéciales (4ème Rhfs) et du 5ème Régiment d'hélicoptères de Combat (5ème Rhc)."

C'est la société Hélicoptères de France, située à Gap (05), qui se chargera de fournir l'appareil (précisions ici). Coût annuel, 8 millions d'euros tout de même...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire