vendredi 11 septembre 2015

La fin des espoirs pour le Rafale en Belgique ?

F-16 & F-35 (USA)

La Belgique cherche à remplacer ses 54 F-16 d'ici à 2023, et devrait donc pour ce faire se procurer 40 exemplaires d'un chasseur-bombardier moderne. C'est ainsi que plusieurs constructeurs, dont Dassault Aviation avec son Rafale, proposaient leur appareil. Et il semble bien que ce soit l'américain Lockheed Martin et son F-35 qui soit en voie de remporter le marché.

On apprend en effet que Lockheed Martin, constructeur du chasseur F-35 et surtout n°1 mondial de l'armement, va signer avec Esterline (USA) et Sonaca, Sabca et Ilias Solutions (Belgique), un protocole d’accord en vue de l’établissement de plusieurs partenariats industriels dans le cadre du marché des remplacements des F-16. Un marché qui devrait représenter plusieurs milliards d’euros.

Outre Lockheed avec le F-35 et Dassault avec le Rafale, Boeing propose son F/A-18F Super Hornet, Saab son Gripen, et BAE l'Eurofighter. Du classique en somme.
Ceci dit, des suspicions étaient apparues, laissant entendre que malgré la compétition officielle, l'option F-35 était officieusement validée, et ce malgré les retards et coûts exorbitants du programme.

Quoiqu'il en soit, si le chasseur de supériorité aérienne (5ème génération) de Lockheed Martin est bel et bien choisi, la logique stratégique serait respectée.
En effet, les Pays Bas seront dotés du F-35 à partir de 2019 (37 appareils contre 85 dans la commande initiale), en remplacement de F-16 comme la Belgique. Or, les deux chasses entretiennent des liens très étroits et nous ne sommes pas loin d'une quasi-mutualisation de leur défense aérienne. Piloter le même avion est assurément un facilitateur.

La "Team Rafale", qui associe Dassault, Safran, Thales et le soutien institutionnel français, jouait ici crânement sa chance avec la proposition d'une forte intégration belge dans le programme Rafale. Un argument qui répondait parfaitement aux exigences du royaume
Il semble que le lobbying américain ait été plus convaincant. 

Si rien n'est officiel quant au choix du F-35, il ne reste guère d'espoir. Dommage, il manque au Rafale un contrat en Europe. Peut-être la Suisse...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire