vendredi 4 décembre 2015

J'ai testé... la Fighters Academy de Bordeaux


Qui n'a jamais rêvé d'imiter Tom Cruise dans Top Gun et de prendre le contrôle d'un avion de combat ? C'est justement ce que vous propose à Bordeaux la Fighters Academy. Entrez dans un cockpit de F-16 pour une simulation riche en sensations.

D'accord ma phrase d'accroche est d'une banalité sans nom, mais avouez que c'est le rêve d'au moins 99% des petits garçons, et même de plus en plus des petites filles (comme le prouvent les chiffres grandissants de la féminisation dans l'Armée de l'air) !

Il est donc possible depuis quelques jours à Bordeaux, après Lyon et Aix-en-Provence - oui, l'Ecole de l'Air n'est pas loin ! - de simuler vols, voltige, missions de combat, et même ravitaillement en vol à bord d'un simulateur de Falcon F-16. Plus précisément F-16C Block 52*.

A bord du chasseur américain**, dont le cockpit est fidèlement reproduit ET entièrement fonctionnel, vous pourrez même affronter, outre les MIG 21 de l'ordinateur, le pilote situé dans l'autre cockpit de l'académie. C'est pourquoi je conseille fortement de venir entre amis ! Rigolade garantie.

Et pas besoin d'être un expert pour prendre ses marques. Après un court briefing donné par des pilotes/instructeurs professionnels qui vous assisteront tout au long de votre session, on vous lâche dans le ciel. 
Petit détail qui compte: vous pouvez revêtir la combinaison du pilote de chasse, ainsi que le casque. 



Les sensations sont là !

Que vaut l'expérience alors ? Vous vous installez à bord de ce cockpit bardé de dizaines de boutons, de cadrans et autres jauges (si votre avion est touché, tout commence à clignoter, votre HUD numérique s'éteint, etc... j'ai particulièrement aimé être en perdition).
Devant vous, une projection du champ de bataille sur 180°, façon jeux vidéo de simulation aérienne, mais en bien plus immersif.

On est d'abord déstabilisé par le nombre de commandes à prendre en compte, mais très vite, on commence à ressentir la vitesse, le gabarit, la manœuvrabilité de l'appareil, et en moins de 30 minutes, tout va - presque - tout seul. Quelques sueurs froides cependant ! L'expérience demande énormément de concentration, sans vraiment qu'on le réalise. Alors quand on sait qu'il y a plusieurs degrés de simulation, allant jusqu'à la gestion de la météo et de votre réservoir de carburant, on imagine l'étendu de la marge de progression.

On en ressort donc presque fatigué. Pas physiquement, mais nerveusement tellement le pilotage demande de la concentration (et on en vient presque à se dire que des vérins hydrauliques sur le simulateur seraient de trop !).

A peine a-t-on repris ses esprits toutefois, que l'envie d'y retourner vous prend... mais revenons sur le plancher des vaches.

C'est l'entrepreneur Thomas Gasser, dont le rêve d'enfant était d'être pilote, qui a fondé AviaSim puis Fighters Academy: « Jusqu’à présent, le marché de la simulation était la "chasse gardée" de constructeurs internationaux et des professionnels, du fait de la technologie requise et du coût élevé des appareils ».

Ouvert à tous à partir de 14 ans, particuliers comme professionnels, seul ou en groupe (y compris d'entreprise), les sessions débutent au prix de 59 euros, les prix sont ensuite dégressifs, et réduits de 15% pour les étudiants. Un peu cher me direz-vous... Certes mais le prix pour avoir accès à du matériel professionnel. Egalement disponible en Smartbox.

Fighters Academy; 5 cours du Chapeau Rouge à Bordeaux. Informations & réservations sur www.fighters-academy.com/fr/


Et pour les vrais passionnés, le "geeks de l'aviation" comme ils se surnomment, sachez que dans le local adjacent se trouve AviaSim, grande soeur de Fighters Academy, qui vous propose depuis un an déjà à Bordeaux de prendre les commandes d'un Airbus A320. Pas le même punch que nos F-16, mais un tout autre gabarit !

Un dernière chose, AviaSim propose même un stage de traitement de la peur en avion. 

La simulation A320

*Le F-16 Fighting Falcon de General Dynamics (aujourd'hui Lockheed Martin) est l'avion de chasse le plus utilisé au monde et probablement le plus célèbre dans l'imaginaire collectif avec 2309 appareils en service en 2012. 4500 exemplaires avaient été livrés en 2012, pour un avion développé dans les années 70.

**Pourquoi pas un simulateur d'un chasseur français comme le Rafale ou le Mirage ? Tout simplement car les données précises s'agissant de ces avions sont confidentielles ! C'est le cas de beaucoup de matériels militaires français et c'est pourquoi vous ne les retrouvez que très rarement dans les jeux vidéo/simulations par exemple.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire