lundi 14 décembre 2015

Les forces spéciales du 4e RHFS appontent sur le BPC Tonnerre

 


Une donnée peu connue, car elle ne va pas forcement de soi étant donné la division en trois armées des forces françaises, est que tous les hélicoptères de l'Armée de Terre sont qualifiés pour opérer avec les bâtiments de la Marine Nationale. Preuve en est, plusieurs régiments s’entraînaient récemment encore à l'appontage sur le BPC Tonnerre.

Les BPC de classe Mistral, ou bâtiments de projection et de commandement, vous les connaissez surtout depuis l'affaire de la vente de 2 (en réalité 4) de ces navires à la Russie après l'affaire ukrainienne. Pour résumer, ce sont des navires porte-hélicoptères capables également de servir de transport de troupes & véhicules blindés, de QG, ou encore d'hôpital.
La France en dispose de 3, le Mistral, le Tonnerre, et le Dixmude, en photo ci-dessous.


C'est ainsi que l'un d'entre eux, le Tonnerre, recevait du 30 novembre au 4 décembre 2015 sur son pont d'envol les 3ème Régiment d’Hélicoptères de Combat (3ème RHC) d’Etain et 4ème Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales (4ème RHFS) de Pau.
On y retrouvait divers appareils, à savoir Puma, Gazelle, Tigre et Caracal. 

«Ces exercices à bord du BPC nous permettent d’effectuer des posés délicats. L’atmosphère maritime fournit moins de repères pour les pilotes, notamment la nuit où ils peuvent être soumis à des illusions sensorielles» explique le chef de détachement du 4ème RHFS. «Nous devons être en mesure de projeter des pilotes opérationnels tout au long de l’année» confie un capitaine du 4ème RHFS.

Pour le chef de détachement du 4ème RHFS « les objectifs sont atteints à 100%.»


Depuis leur entrée en service respective (2003, 2003, 2010), les BPC avaient principalement servi dans un cadre humanitaire, comme avec l’opération de RESEVAC (évacuation de ressortissants) "Baliste" durant l'été 2006 au Liban, lorsque Israël était intervenu jusqu'à Beyrouth dans sa lutte contre le Hezbollah.
Au final, 14 000 personnes dont 10 000 Français seront évacuées lors de l'opération, 7 714 par la Marine Nationale.

On notera aussi bien sûr leur action de projection de forces terrestres en janvier 2013 pour l'opération Serval au Mali. Leur rôle s'avère en effet déterminant dans la cas du déploiement rapide d'une force expéditionnaire.

Mais c'est en 2011 que la classe Mistral a révélé son plein potentiel offensif avec l'opération "Harmattan" en Libye. Jouant pleinement son rôle de porte-hélicoptères - je conseille à ce titre le très bon livre « Envoyez les hélicos ! » - un BPC avait permis à l'ALAT de mener depuis la mer des frappes en profondeur nocturnes audacieuses dont l'impact, moral notamment, sur les troupes libyennes fut radical. C'est d'ailleurs ce qui attira l'intérêt des russes pour ces navires.

Aujourd'hui, la multiplication des manœuvres conjointes entre l'Armée de Terre et la Marine amènent à penser que la France pourrait être amenée à réitérer ce genre de missions s'il fallait intervenir en Libye contre le groupe djihadiste "état islamique" ...


Et pendant ce temps sur un autre BPC, le Dixmude.... Chinook et Tigre espagnols sont de passage au large de Barcelone.


Sources déclarations et photos Marine Nationale


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire