jeudi 24 décembre 2015

Quel avion de chasse pouvez-vous vous payer ?

Eurofighter, F-22 et Rafale lors de l'exercice TEI en décembre 2015

Faisons dans le ludique et la vulgarisation pour ce dernier post de l'année, avec un inventaire non exhaustif du marché de l'aviation de chasse. Et vous verrez que selon votre budget et vos ambitions stratégiques, le choix demeure vaste... sur le catalogue.

Avant propos: Je précise "sur le papier" car en matière d'armement, on ne fait pas ses courses comme au supermarché. La diplomatie joue un rôle déterminant. De même les prix intègrent les coûts de développement, production, voire maintenance... et ne sont là grossièrement que pour vous donner une échelle de valeur.
Enfin, oui il manque des appareils (F-15, F-16...), et non les appareils ne sont pas classés selon leur "génération", mais plutôt selon leur gamme.


Vous êtes riches... même très riche (ou endetté)

Le F-35
Le JSF F-35 Lightning II de Lockheed Martin: 110/130 millions $ selon les versions

Un avion ultra-critiqué pour ses retards et performances, un programme d'un montant total de quasiment 400 milliards de dollars... ! Et pourtant, le F-35, presque opérationnel, sera à coup sûr l'avion du 21ème siècle. Il a été conçu pour être le maître du ciel, le nec plus ultra de la supériorité aérienne.

L’objectif du Pentagone est tout de même de disposer de 2.852 F-35. En Europe, on est d'ores et déjà certain de le voir voler en Grande-Bretagne (RAF et Royal Navy), en Italie, et aux Pays Bas.


T-50
Le T-50 "PAK-FA" de Sukhoï: Entre 70 et 100 millions de $ (estimation).

Voici un monstre de 30 tonnes. Conçu par la Russie en coopération avec l'Inde, cet appareil souffre encore de divers problèmes techniques qui retardent sa production. Complication supplémentaire, les versions russes et indiennes différent grandement, l'Inde souhaitant par exemple un appareil biplace et la Russie un appareil monoplace. Il n'est pas attendu en service avant 2020 minimum.

Les russes envisagent une ambitieuse production de 1000 Sukhoï T-50, dont la moitié pour l'export. Les cibles russes et indiennes sont à ce jour respectivement de 200 monoplaces et 144 biplaces.


J-20
Le Chengdu J-20 de Chengdu Aircraft Corporation: Prix inconnu.

On aborde là les hors-catégorie. Cet avion chinois, concurrent direct des appareils de dernière génération américains et russes, est encore au stade de démonstrateur. On en sait très peu sur ses performances et il est peu probable qu'il franchisse le pas de l'export un jour, car trop stratégique et probablement trop cher pour les alliés traditionnels de la Chine comme le Pakistan.


Le F-22
Le F-22 Raptor de Lockheed Martin: 360 millions $ l'unité.

Celui-ci vous ne risquez pas de l'avoir, puisque son programme est désormais enterré. Voici l'avion de chasse le plus cher de l'histoire. Un monstre de technologie et de furtivité, relique de la Guerre Froide. Après avoir succédé au superbe F-117, c'est le président Obama qui signa son arrêt de mort en 2009.

187 F-22 Raptor, en tout et pour tout, sont en service dans l'US Air Force. 

___________________



Vous êtes: - une vieille puissance nostalgique
    - une monarchie pétrolière
         - une puissance émergeante


Rafale
Le Rafale de Dassault Aviation: Entre 70 et 80 millions € l'unité.

Sans être chauvin, il s'agit en toute objectivité de ce qui se fait de mieux actuellement en rapport qualité/prix/performances.
Pour résumer, le Rafale est multirôle, bimoteur, très performant en combat aérien (coucou les F-22 !), navalisé, et ne connait au final que très peu de soucis techniques. Il dispose de surcroît de nombreux upgrades depuis sa mise en service tant en ce qui concerne le radar, que les pods de reconnaissance, ou sa capacité d'emport.

Son utilisation en opération lui a également octroyé une notoriété désormais mondiale.. sauf en France apparemment ou les journalistes ne savent toujours pas l'identifier correctement !

Son défaut fut principalement d'avoir voulu jouer dans les cours des grands et ce n'est pas un hasard si le "black out" diplomatique américain actuel semble lui avoir libéré des espaces (Qatar, Egypte, Inde... EAU très vite ?). La route de l'export lui paraît donc toute ouverte pour la décennie qui vient, et ce n'est que mérité pour Dassault Aviation et la team France.


Eurofighter Typhoon
L'Eurofighter Typhoon d'Airbus/BAE: 125 millions £ l'unité.

Voici l'objet de la discorde. Celui qui devait être l’étendard de l'aviation de combat européenne. Très vite au milieu des années 80, le projet unique aboutit à une scission qui vit naître les programmes Rafale d'un côté, et Eurofighter de l'autre. Alors que la France faisait cavalier seul, l'Eurofighter Typhoon fut LE grand projet des européens.

Il équipe la Royal Air Force britannique, les allemands, italiens, espagnols, autrichiens, et également l'Arabie Saoudite.

Le Typhoon, s'il subit comme le Rafale des mises à jour bienvenues, voit sa nature multirôle souvent remise en doute. Conçu avant tout pour le contrôle aérien, il est en effet très peu utilisé pour le bombardement (à peine en Libye) et n'a pas de version navale. De plus, il connaît actuellement de graves problèmes de disponibilité en Allemagne. 

Le caractère international de sa conception et production en fait enfin un avion très cher et difficile à vendre. S'il eut la chance de connaitre de nombreuses commandes dès sa naissance de la part des pays engagés, les acheteurs se font désormais plus rares...
Heureusement, le Koweït a annoncé une commande de 28 appareils en septembre 2015. Ouf !


F-18
Le Boeing F/A 18E/F Super Hornet:  Entre 50 et 60 millions de $.

Cet appareil est la version améliorée du F/A-18 Hornet qui vola pour la première fois en 1978. S'il fait partie de ce panel, c'est parce qu'il est encore et toujours proposé à l'export par les USA, et on le retrouve d'ailleurs souvent face au Rafale ou au Typhoon.
Problème, les contrats se font de plus en plus rares pour ce vénérable appareil qui fait le bonheur de la marine américaine (si on réfléchit, peu d'avions aujourd'hui sur le marché possèdent une version navalisée) et il devient urgent pour le constructeur d'exporter le F-18, car la chaîne d'assemblage menace de fermer dès 2017. Le Koweït aurait pu néanmoins offrir un sursis.... au détriment du Typhoon... qui a finalement été choisi.

Le bonheur des uns...


SU-35
Le Soukhoï Su-35: Entre 40 et 50 millions de $.

Enfin, voici dans cette liste des chasseurs de 4ème génération "++" (tous bimoteurs multirôle vous l'aurez remarqué) la dernière évolution - ou du moins la plus au point - du SU-27 russe.
D'un gabarit autrement plus impressionnant que ses concurrents occidentaux, cette version était à la base spécialement conçue pour l'export mais à ce jour seule la Chine vient d'en commander 24, qui s'ajouteront aux 88 commandes de la ... Russie.

En service depuis 2012, le Su-35 fait actuellement ses premiers pas en opérations en Syrie.

____________________________

Petit budget = petites ambitions ?

Le Gripen suédois
Le JAS 39 Gripen de Saab: 27 millions de $.

L'appareil suédois est une véritable épine dans le pieds pour nos chasseurs multirôles de 4ème génération cités plus haut. Qui n'a pas encore en tête le traumatisme brésilien de 2013. Alors que français et américains pensaient jouer un duel et partaient particulièrement confiants en proposant au Brésil leur Rafale et F-18, c'est finalement le petit chasseur suédois qui fut l'heureux élu.

Un pari qui semble jusqu'à maintenant gagnant puisque le Gripen, en service depuis 1996 dans l'armée de l'air suédoise, a également été exporté en Hongrie, République tchèque, Afrique du Sud, Thaïlande, avec au total plus de 240 exemplaires commandés.
Seul accroc et non des moindre: l'annulation de sa victoire en Suisse par référendum en mai 2014, alors que plusieurs scandales pesaient sur le marché d'acquisition.

La victoire brésilienne du Gripen fut symptomatique d'une baisse d'ambition stratégique dictée par l'austérité budgétaire, ce qui permit au constructeur suédois de chasser sur les terres d'appareils bien plus performants mais surtout beaucoup plus onéreux.
Mais la contrepartie est qu'avec ce chasseur monomoteur, le Brésil, alors qu'il compte imposer son leadership sur l'Amérique du Sud, possédera un avion qui n'a pas la capacité de traverser son propre territoire...


T50
KAI T-50 Golden Eagle: 21 millions $.

Le T-50 est le premier aéronef supersonique construit par la Corée du Sud. A la base un avion d'entraînement, il subit depuis 2011 un processus visant à en faire un chasseur multirôle léger désigné sous l’appellation FA-50.

C'est un exemplaire de cet avion qui s'est crashé ce 20 décembre à Djakarta en Indonésie. Les 2 pilotes ont perdu la vie. 


Tejas
Le HAL LCA Tejas: 21 millions $. 

Le premier exemplaire de ce - tout - petit avion multirôle monoplace a été livré en janvier 2015. Développé par Hindustan Aeronautics Ltd, il est un élément phare de la politique du "Make In India". 
L'Inde rêve en effet de devenir productrice d'armement et donc indépendante, mais la machine arrière concernant l'achat de 36 Rafale produits en France (et non localement comme initialement prévu, pour 118 Rafale) a mis un coup sérieux à cette ambition.

En l'état, le Tejas, dont l'Inde espère finaliser une version pour porte-avions, ne peut rivaliser avec les bimoteurs du marché, mais il est avant tout destiné à remplacer les vieux MIG 21 de l'armée de l'air indienne.

___________________________

Vous avez peu de moyens... mais des idées !

Super Tucano

Le Super Tucano d'Embraer: 8 millions €.

Aujourd'hui, quand des pays dont les finances ne permettent pas de s'engager dans de coûteux achats d'armements se dotent d'avions de chasse, ils ont tendance souvent à passer par la case occasion. C'est ainsi que l'on retrouve des Mirage français, ou F-16 américains dans de nombreux états qui peinent à préserver leur statut de puissance régionale dans un monde qui change à grande vitesse.

Mais une voie nouvelle semble se dessiner. En effet, plusieurs pays, en Amérique du Sud (Brésil, Colombie, Equateur), africains (Mali, Angola, Burkina Faso, Mauritanie), ou encore le Liban, ont opté récemment pour l'Embraer EMB 314/A-29 Super Tucano.

A l'origine avion d'entrainement, le Super Tucano se révèle être l'avion parfait pour les missions de contre-guerilla. Alliant une maniabilité excellente et des systèmes d'armes modernes (130 configurations d'armes et différentes munitions !) comme bombes et missiles guidés, y compris air-air, c'est l'avion parfait pour des petits pays dont la principale ambition sera de contrôler leur propre territoire.
Evidemment vous ne jouerez pas dans la même catégorie que les chasseurs à réaction, mais à ce prix là... 

L'industriel brésilien en a déjà livré presque 200, et même l'US Air Force en est cliente !


Un MQ-9 Reaper armé de l'US Air Force
La fausse bonne idée: le drone armé.

En effet, selon un raisonnement simpliste, si l'on a pas les moyens d'armer une flotte d'avions de chasse, pourquoi ne pas alors confier ce rôle à des drones armés, de type Predator/Reaper ? D'autant plus qu'au prix catalogue, le rapport est de 1 à 10 ! Certes, les drones sont des cibles volantes, ils n'ont pas plus de moyens de défense ou de fuite qu'un avion civil, mais ils sont endurants et peuvent mener des opérations de bombardement.

Eh bien c'est loin d'être aussi simple, car les flux de données qui permettent le contrôle et le suivi en temps réel de l'imagerie vidéo demandent purement et simplement l'emploi de satellites militaires. Et ça, ce n'est pas à la portée de toutes les bourses...


Et enfin, celui que vous n'aurez jamais :)


Le très fameux R-Wing, fruit d'une collaboration entre Dassault Aviation avec son Rafale, et Incom Corporation avec son célèbre X-Wing ! (je ne sais pas qui est l'auteur de ce montage mais je le félicite !) Premier vol prévu en 2099 !!!

Sur ce, je vous souhaite à toutes et à tous de joyeuses fêtes ! On se retrouve à la rentrée pour une nouvelle année !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire