vendredi 8 janvier 2016

Recherche d'informations sur un pilote de la 2nde Guerre Mondiale


Un billet important aujourd'hui, et quelque peu inhabituel. J'ai été contacté par des passionnés qui réalisent depuis des années un formidable travail de mémoire s'agissant des groupes lourds français de la seconde Guerre Mondiale. Et si j'en parle aujourd'hui c'est premièrement pour saluer leur travail, mais également car ils recherchent la famille d'un pilote bordelais mort en Allemagne en février 1945.

Ce mois d'octobre dernier, j'évoquais une cérémonie qui se déroulait sur la base aérienne 106 de Mérignac, cérémonie célébrant les 70 ans du retour en France des Groupes Lourds (groupes Guyenne et Tunisie, fondés en Grande-Bretagne pendant l'occupation), escadrons de bombardiers qui intégrèrent l'aviation alliée.

Les groupes lourds français 2/23 "GUYENNE" et 1/25 "TUNISIE" furent constitués en 1943 sur bombardier Halifax et intégrés à la Royal Air Force. Ils étaient basés jusqu'à la Libération - et leur arrivée à Bordeaux donc - sur la base britannique d'Elvington.


Or ce qui nous concerne ici, c'est l'histoire en particulier d'un équipage qui n'est jamais rentré de mission.
En effet, le 21 février 1945, un bombardier Halifax (nom de code NA 547 H7-V) du groupe "Guyenne" se fait abattre lors d'une mission nocturne au dessus de l'Allemagne, avec à son bord 7 membres de l'équipage "Joumas":
  • Lieutenant Joumas Edouard - Commandant d'avion et navigateur,
  • Sous Lieutenant Bayle Pierre - Pilote,
  • Sous Lieutenant Dugnat Georges - Bombardier,
  • Sergent Barde Etienne - Mécanicien,
  • Sergent Bourreau Guy - Radio,
  • Sergent Martrou Louis - Mitrailleur supèrieur,
  • Sergent Esquilat André - Mitrailleur arrière.

Et ainsi, depuis des années, Jacques Gazel et Jean Michel Gravaud (membres de l'association l'A.A.A.G.L qui m'ont donc contacté), tentent de rassembler le plus d'informations possibles sur cet équipage. Je vous invite d'ailleurs a visionner la vidéo ci-dessous:

"Le V du Guyenne n'est pas rentré" (version 6) 



Or, si toutes les familles de ces hommes disparus en mission ont pu être contactées et informées de ce travail de mémoire, il en demeure une dont on ne retrouve pas la trace. 
Il s'agit de la famille du pilote Pierre Bayle né en 1914, bordelais et célibataire au moment de sa mort en 1945. Ses parents (Albert Bayle et Jeanne Taran) vivaient alors Cours de la Marne à Bordeaux, au 122 précisément.

Pierre Bayle fut le seul membre de l'équipage 547 à avoir été identifié à l'époque. Contacté, le service des sépultures militaires a bien confirmé que "le Sous-lieutenant BAYLE a été restitué le 02/02/1948 à Mérignac."
Sa dépouille fut ensuite rapatriée dans le caveau familiale à Bordeaux (les dépouilles des autres étant à la Nécropole de Cronenbourg). Cependant, ce caveau, a priori situé dans le cimetière de la Chartreuse dans le quartier Saint Bruno, n'a pas non plus pu être retrouvé.

Les "recours" administratifs officiels ayant été épuisés, c'est donc une bouteille à la mer qui est lancée aujourd'hui, en espérant pourquoi pas que via les lecteurs de ce blog, cette "enquête" puisse avancer et que bientôt nous l’espérons, le contact soit établi avec la famille du pilote Pierre Bayle... famille qui bénéficierait alors du fruit des formidables recherches de ces passionnés qui font vivre le devoir de mémoire et l'honneur de nos anciens combattants morts pour la France.

Les buts finaux de cette recherche sont donc de retrouver d'une part la tombe bordelaise de Pierre Bayle, et d'autre part des membres de sa famille.

Voici quelques liens utiles s'agissant des groupes lourds: http://equipagena547-v.jimdo.com/ & http://halifax346et347.canalblog.com/. notamment si vous deviez fournir des informations.

N'hésitez pas à partager cet article afin de lui donner l'audience la plus large possible, et à laisser des commentaires. D'avance merci !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire