mardi 12 janvier 2016

Renforts d'hélicos pour l'ALAT et les Forces Spéciales

Un NH90 de l'Armée de Terre au Sahel - Source EMA 
L’actualisation de la Loi de Programmation Militaire et la redéfinition du format de l'Armée de Terre au printemps 2015 avaient mis l'aéromobilité au cœur de l'effort à fournir. Et c'est ainsi que ces dernières semaines, plusieurs hélicoptères ont été ajoutés au carnet de commandes du Ministère de la défense.

En effet, c'est dabord juste avant noël, le 17 décembre 2015, que la Direction générale de l’armement (DGA) a commandé via l’OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d’armement), 7 hélicoptères de combat Tigre supplémentaires à Airbus HC, acquisition qui portera le parc de Tigre à 67 appareils.
A une autre époque la cible finale était de 215 ! Puis tomba à 120, puis 80, puis 60... pour remonter maintenant à 67 Tigre.

A ce jour, 55 Tigre ont été livrés à l’aviation légère de l'Armée de Terre (ALAT), dont 40 en version HAP pour appui-protection. Ceux-ci disposent de capacités Air-Air.

Toutefois, la tendance est désormais à s'équiper de la version HAD pour appui-destruction, une version à la motorisation plus puissante et surtout équipée de missiles guidées américains Hellfire. C'est donc cette capacité ci, plus lourde et polyvalente qui est ciblée dans la dernière commande. Une partie des Tigre HAP de première génération sont d'ailleurs actuellement rétrofités en version HAD.

2 Tigre HAD en RCA © EMA
Les 7 Tigre supplémentaires seront livrés entre 2017 et 2018. Pas d'information à ma connaissance sur un régiment ciblé en priorité, mais le Tigre équipe par exemple les 5ème RHC et 4ème RHFS à Pau.


Six NH90 Caïman iront au 4ème RHFS

On saute au 30 décembre cette fois, jour où la DGA a notifié un contrat pour 6 hélicoptères NH90 Caïman supplémentaires pour l'Armée de Terre. Cela porte à 68 + 6 la cible de NH90 TTH dans l'Armée de Terre, tandis que la Marine Nationale en disposera à terme de 27 en version maritime NFH.
Comme pour le Tigre, on est loin des ambitions des années 90/2000 avec des prédiction à 160 NH90.

Pour l'instant, 17 Caïman ont été livrés à l'Armée de Terre et 15 à la Marine. Le NH90 Caïman remplacera a terme tous les hélicoptères de transport tactique, en majorité des PUMA. Plus puissant, plus endurant, il apporte un gain stratégique non négligeable.


Ce qui est intéressant s'agissant de cette commande de 6 appareils, c'est qu'ils seront destinés aux forces spéciales, et plus précisément au 4ème Régiment d'Hélicoptères des Forces Spéciales, basé à Pau, et à son EOS3. Cette "escadrille d'opérations spéciales" est actuellement équipée de 8 Caracal, hélicoptère spécialisé avant tout dans la recherche et sauvetage et pas toujours adapté aux besoins de l'Armée de Terre.

Comme l'avait annoncé le Ministre lors de sa visite sur place cet été, ces NH90 viendront renforcer les forces spéciales et donc remplacer les Caracal, qui finiront de migrer totalement vers les forces spéciales de l'Armée de l'air de l'EH 1/67 Pyrénées à Cazaux (33) - dont les Puma seront eux transférés en Corse dans l'escadron Solenzera.



REMARQUE: Nous nous faisions sur Twitter la réflexion lors des inondations dans le nord de l'Angleterre, en voyant intervenir les CH-47 Chinook britanniques: Où sont nos hélicoptères lourds en France !?!
Eh bien c'est simple nous n'en disposons pas et il n'est nullement prévu d'en disposer, alors que tous nos voisins, y compris l'Espagne, en sont dotés. Et ceci pour des raisons essentiellement industrielles puisqu'Airbus n'a jamais misé sur cette gamme. La seule solution serait donc d'acheter américain, ou comme d'autre, d'envisager un partenariat industriel. Chose qu'en France, les lobbys ne laisseront jamais passer...
Et c'est bien dommage tant l'apport de telles "bêtes de somme" serait déterminant dans les forces. 

Un chinook de la RAF le 29 décembre 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire