mercredi 9 mars 2016

La Suisse se cherche (de nouveau) un chasseur pour 2025

F-18
Le nouveau ministre de la Défense suisse, Guy Parmelin a informé les membres du Conseil Fédéral du lancement des travaux préparatoires ayant pour but l’évaluation d’un nouvel avion de combat. Une procédure d'acquisition sera ensuite lancée en 2017. Enfin la chance européenne du Rafale ?

Cela faisait presque un an qu'on entendait plus parler du renouvellement de la flotte d'avions de combat de la Suisse. Bref rappel du contexte: la Suisse, Etat neutre mais avec une longue tradition militaire, cherchait à la fin des années 2000 à renouveler sa flotte de F-5 E/F « Tiger II » vieillissant, et elle choisit en 2011 le Gripen du suédois SAAB, au grand dam de la France et du Dassault Rafale.
Problème, en 2014, par référendum*, le peuple suisse se prononce contre l'achat du chasseur ! Et voilà la Suisse repartie de zéro.

La Confédération Helvétique dispose de vieux Northrop F-5E/F «Tiger II» dont 26 exemplaires sur 54 seraient encore en état de voler... et de 32 F-18 «Hornet » qui devront aussi être remplacés à terme, d'autant plus que la production de cet appareil aux USA cessera dans les années qui viennent et qu'il ne bénéficiera plus de rétrofit après 2023.

L'ex-ministre de la Défense avait d'ailleurs confirmé que l’achat se ferait en deux tranches. Remplacement des F-5E/F, puis dans un second temps des F-18.


La chance européenne du Rafale ?

Concernant le calendrier, un groupe d'experts va donc être très prochainement réuni par le ministre de la Défense et dirigé par le chef d'Etat-Major de l'Armée de l'air. En 2017 ce sera la demande au Parlement du crédit EEP 2017 (planification, essais et la préparation d'acquisition), puis donc un appel d'offres international.
Le choix final de l'appareil devrait ensuite se faire en 2020, le crédit d'acquisition être soumis au Parlement en 2022 (c'est à ce stade que le financement du Gripen a été bloqué par référendum), pour des livraisons débutant en 2025.

Comme à l'habitude, l'appel d'offres qui suivra devrait voir s'affronter les chasseurs de 4ème et 5ème générations du moment: le Gripen de nouveau, le Dassault Rafale F-3R (dernier standard de modernisation), et l'Eurofighter T3A/B «Typhoon II» de BAE/Airbus.
S'agissant du - déjà célèbre avant même son entrée en service - F-35A «Lightning II» de l'américain Lockheed-Martin, tout dépendra des conditions industrielles imposées par la Suisse.

Une chance enfin pour le Rafale français de voler sur le territoire européen, après le lointain mais longtemps difficile à digérer échec polonais ? 
Le Rafale est également en lice en Belgique où une décision devrait d'ailleurs être prise avant la Suisse.


Etant donné l'ampleur du renouvellement des flottes, on pourrait parler d'un joli contrat avoisinant la cinquantaine d'avions...


*Il serait intéressant de réfléchir à la question de la démocratie participative sur des sujets stratégiques de défense... dans un pays où français et italiens doivent de plus en plus assurer la police du ciel à la place des suisses.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire