jeudi 3 mars 2016

Thales Group et Dassault Aviation affichent aussi de bons résultats


Après les résultats très positifs et les annonces d’embauches chez SAFRAN, Dassault Aviation et surtout Thales Group confirment la bonne santé du secteur de la défense français. 

Thales Group vient d'annoncer chiffre d'affaires 2015 de 14,1 milliards d'euros, en augmentation de 4,5 % à périmètre de change constant, et un excédent brut (EBIT) de 1,2 milliard d'euros, en hausse lui de 23 %. Son résultat net est en progression à 809 millions d'euros. Pour Patrice Caine, PDG du groupe, "Nous confirmons nos objectifs de croissance et de rentabilité".

Des chiffres qui vont permettre au groupe de recruter massivement sur de nombreux sites.

Et ces bons résultats sont à mettre en grande partie sur le compte de l’excellente santé du secteur de la défense et de la sécurité, qui représente la moitié du chiffre d'affaires chez Thales. Le groupe est de surcroît extrêmement diversifié - comme Safran - avec participations dans le domaine des missiles, systèmes de sécurité, systèmes radars militaires, et bien sûr le programme Rafale, dont on a vu les premiers succès à l'export en 2015.

Le groupe Thales, spécialiste de l'électronique de défense, de l'aéronautique et des transports emploie 61 000 salariés dans 56 pays. Etant donné son secteur d'activité, on le retrouve naturellement en région Aquitaine (Brive, Poitiers agglomération Bordelaise). Le très moderne Campus Thales est d'ailleurs actuellement en cours de construction à Mérignac, et rassemblera en un seul tous les actuels sites girondins et leurs employés.


Dassault Aviation affiche un chiffre d'affaires en hausse

Rafale et Falcon - Dassault Aviation

Chez Dassault, on redresse la barre après un CA 2014 en berne. Une progression de 13% en 2015 avec 4,176 Milliards d'euros de chiffre d'affaires. 
55 Falcon et seulement huit Rafale ont été livrés dont les trois premiers à l'export, à l'Egypte en l’occurrence. Côté modernisation, deux Falcon 50 de surveillance maritime ont été livrés à la DGA, les retrofit des Mirage 2000 indiens et des Rafale Marine - français - sont en cours.

Concernant les prises de commandes, c'est pour une fois l'activité militaire qui sauve la mise. Les premiers contrats export de l'appareil avec l'Egypte et le Qatar, 48 Rafale en tout, compensent la baisse des commandes de business jets: 91 Falcon sont à produire à ce jour, ainsi que 83 Rafale (Egypte, Qatar, France).

Parlons emploi enfin. Comme je le disais récemment, les contrats Rafale devraient largement irriguer tout l'écosystème constitué autour du programme. Cependant, les grandes manœuvres (cadence doublée ou triplée, seconde chaîne d'assemblage) ne seront lancée qu'à la signature d'un troisième contrat, en Inde ou aux EAU par exemple.
S'agissant des Falcon, les problèmes de conception du moteur qui retardent la naissance du 5X ont des conséquences encore plus larges. J'ai pu rencontrer récemment une personne travaillant dans l’entretien des intérieurs cuirs des Falcon, s'attendant à ce que le travail manque en raison du retard sur le programme 5X, repoussé à 2019. Un exemple comme un autre...


Enfin, RTD/Panhard confirme les dernières bonnes nouvelles


Sherpa Light FS - RTD

Lors de son audition à l'Assemblée Nationale (consultable dans son intégralité ICI), le PDG de Renault Truck Defense/Panhard, Emmanuel Levacher, a confirmé la bonne santé du groupe d'armement terrestre, et notamment s'agissant du sites de Limoges, où est produit le fameux véhicule Sherpa:
"Enfin, pour le site de Limoges, comme pour nos autres sites, l’avenir est plutôt rassurant, qu’il s’agisse de la pérennité de l’activité comme de l’augmentation de la charge. Le cadre dans lequel nous nous situons est l’organisation d’une certaine montée en puissance. Cela ne signifie pas que nous allons embaucher des centaines de personnes. Nous allons progressivement renforcer nos équipes en quantité mais aussi en qualité, et améliorer notre organisation industrielle pour pouvoir livrer nos clients en tenant les engagements que nous avons pris. Le site de Limoges est concerné par la production des Sherpa et l’assemblage des VAB Mark3, qui font l’objet des commandes les plus récentes : il y aura du travail pour au moins trois ou quatre ans. Ajoutons, pour compléter cette feuille de route positive, les opérations de MCO et les GBC 180."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire