mercredi 23 mars 2016

Transport de charges avec un Cougar du 5ème RHC



Des photos récentes nous montrent un exercice de transport de charges, ou "sling", entre le 5ème RHC et le 1er RTP, entraînement destiné aux équipages d'hélicoptères Cougar. L'occasion de revenir brièvement sur les capacités d'emport dans l'ALAT.

Publiée sur la page Facebook de la Zone de Défense et de Sécurité Sud-Ouest, ces photos nous montrent un entraînement conjoint dans l'Armée de Terre, entre le 5ème Régiment d'Hélicoptères de Combat, basé à Pau, et le 1er Régiment du Train Parachutiste, basé à Toulouse, et qui est lui spécialisé dans la Livraison Par Air (LPA). Cette capacité, unique dans l’armée de Terre française, consiste à acheminer et mettre à terre du personnel et du matériel à partir de trois différentes techniques : l’aérolargage, l’aéroportage et l’aérotransport. Créé en 1999, le 1er RTP est à ce titre le dernier né des régiments parachutistes.

Et c'est ainsi que nous voyons un Cougar (ex Super Puma) du 5ème RHC transporter un véhicule 4x4 de type Peugeot P4, avec sa remorque.

Les Cougar MK2 français sont des versions modernisées, un rétrofit qui prend d'ailleurs plus de temps que prévu. Nous en possédons 25 - ou 26, j'ai un doute - et ces appareils de 5 tonnes peuvent transporter une charge utile de 3900 Kg, et jusqu'à 9350 Kg en sling.
Le récent NH90, en cours de livraison dans les forces, est très légèrement plus puissant, en terme de puissance comme de capacité d'emport.

Le "sling" , dans le jargon des pilotes est la mission qui consiste à faire du levage et/ou du transport de charges , de quelques dizaines de kgs à plusieurs tonnes, sur de courtes ou longues distances , dans des endroits ou l'accès est impossible par la route. La manœuvre, dangereuse, se doit d'être précise et demande surtout une confiance extrême entre le pilote et l'opérateur au sol.



Mais au fait... pourquoi pas d'hélicoptères lourds en France ? 

D’emblée, il me faut nuancer. Pas d’hélicoptères lourds en France ? Cela dépend du point de vue puisque certains considèrent nos hélicoptères de transport tactique comme des appareils lourds. Sauf qu'hors contexte franco-français, un NH90 de quasiment 7 tonnes est loin, très loin des 12 tonnes du birotor américain Boeing CH-47 "Chinook" !
Pire, quand notre Cougar en photos transporte son lot jeep + remorque d'environ 2500 Kg, un aperçu sur Google Images des capacités d'emport du CH-47 laisse rêveur. La fiche technique de l'appareil annonce que ce dernier peut emporter 22 tonnes ! Soit un 4X4 blindé Hummer, un canon d'artillerie, un container... - faisons monter les enchères - un chasseur F-16, ou même un autre CH-47 !

Alors pourquoi l'absence d'un tel appareil dans les armées françaises ? "Pas la culture de l'ALAT" rétorque t-on. Certes... mais ces hélicoptères ont pourtant fait les affaires de troupes françaises en Afghanistan, quand les américains faisaient le taxi au sein de l'OTAN.
OTAN toujours, la France est la seule nation cadre à ne pas en être dotée. C'est pourtant loin d'être la moins active.

On cherchera alors plutôt l'explication du côté des industriels. En effet, Airbus n'a jamais vu l'intérêt de se lancer dans ce marché, préférant une gamme moins lourde et plus adaptée au marché civil, dans le domaine pétrolier off-shore en particulier.
Toutefois, au début des années 2010, Boeing et Airbus HC (Eurocopter à l'époque) réfléchissaient au développement d'un hélicoptère lourd de transport. On évoquait alors un appareil disponible en 2020 et encore plus puissant que le Chinook, avec une capacité d'emport de 33 tonnes, dont 56 hommes en soute (40 pour le CH-47) !

Maquette du "Furure Transport Helicopter" (FTH) en 2010 © Eurocopter

Les allemands étaient très enthousiastes à l'idée de la naissance de ce projet, et côté français, une commande aurait été envisageable si jamais le pays avait récupéré une participation industrielle convaincante. Une éventualité tout à fait crédible.
Malheureusement aujourd'hui, le projet semble mort: Boeing modernise son Chinook et Airbus prépare le successeur du Cougar, le "X6".


Lire aussi sur le blog: Avec le X6, le retour du lourd chez Airbus Helicopters


Nous ne somme donc pas prêts de voir de tels monstres dans les forces françaises, tout simplement car même avec un achat sur étagères d'un petit nombre d'appareils aux USA par exemple, le coût en maintenance (MCO) ne serait pas rentable du tout. Il faudrait externaliser celle-ci.

Mais pour finir sur une bonne note, et puisqu'en France, quand on a pas de moyens on a des idées, nous nous sommes perfectionnés dans une capacité parallèle, l'aérolargage.



Crédit photos: BCH Jérôme C. / 5RHC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire