mardi 29 mars 2016

Un peu de la mémoire de Sarajevo à Bordeaux


Ce 31 mars à Bordeaux, sera inaugurée au sein de la caserne Nansouty une salle de mémoire dédiée à la bataille du pont de Vrbanja. Un moment fort du siège de Sarajevo, auquel avaient participé les casques bleus français.

C'était durant le conflit dans les Balkans, qui marqua l'Europe des années 1990. Le 27 mai 1995, durant le siège de Sarajevo en Bosnie-Herzégovine, des soldats de l'armée de la République serbe de Bosnie, déguisés en soldats de l'ONU, s'emparèrent du poste « sierra victor » sur le pont de Vrbanja. Un véritable acte de défiance envers la force de l'ONU et les marsouins français présents sur place...

La 1re compagnie du 3e régiment d'infanterie de marine (3e RIMa – Vannes), avec l'appui d'un escadron du Régiment d'infanterie – chars de marine (RICM – Poitiers), reçoit alors l'ordre de reprendre le poste du pont de Vrbanja et de délivrer, par la force, les Casques bleus qui y sont retenus en otage par les Serbes.

Deux soldats français seront tués et dix-sept blessés. Cette victoire aura permis de renverser dans les esprits le cours de la guerre et de montrer aux belligérants la détermination des soldats de l’ONU.

Sources : B. Edinger/TIM Droits : Armée de Terre 2012 

Revenons en 2016 où un soldat du Groupement de soutien de la Base de Défense (GSBdD) de Bordeaux-Mérignac, qui était présent lors de cet assaut à Sarajevo, a réalisé un formidable travail de mémoire. Aussi, il a pu réunir des photos et objets du combat dans une salle de la caserne Nansouty mise à sa disposition.
Et c'est donc une "salle de mémoire" - en fait un véritable petit musée - qui sera inaugurée et présentée aux jeunes qui effectuent leur Journée de Défense et citoyenneté (JDC) à la caserne Nansouty (rue de Bègles), le jeudi 31 mars.

Le général de corps aérien Soulet, officier général de la zone de Défense et de sécurité sud-ouest, ainsi que le général de division Lecointre, ancien commandant de l’unité qui est montée à l’assaut ce jour-là, présideront cette inauguration. S’en suivra un échange entre les jeunes appelés, les rescapés de ce glorieux fait d’armes et les autorités. Une conférence est prévue dans l'après midi.
Vous pouvez d'ailleurs retrouver une interview du général Lecointre sur le site du Ministère de la Défense, durant laquelle il témoigne de cet événement.
« J'ai essayé d'analyser les risques techniques, psychologiques, opérationnels, politiques, locaux. Je me suis mis dans la peau du capitaine qui allait conduire l'assaut ; ça pouvait très bien se terminer en carnage. Je me suis demandé si je n'étais pas en train de franchir la ligne qui sépare un Casque bleu d'un soldat en guerre, et puis je me suis dit que l'enjeu était trop important. »

Le siège de Sarajevo est le plus long siège de l'histoire de la guerre moderne. Il a duré du 5 avril 1992 jusqu'au 29 février 1996 et a opposé les forces de la Bosnie-Herzégovine, qui avaient déclaré leur indépendance de la Yougoslavie, et les paramilitaires serbes qui voulaient rester attachés à la Yougoslavie.
Le nombre de morts civils est estimé à 5 000.

A noter que la chaîne Arte diffuse actuellement un poignant documentaire intitulé "Le siège", racontant la vie des habitants de Sarajevo pendant ces épisodes tragiques. Il est d'ailleurs rendu disponible sur YouTube:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire