jeudi 28 avril 2016

A cazaux, l'escadron Pyrénées cherche à louer des heures de vol dans le civil


Découvert dans le Bulletin officiel des annonces des marchés publics, un avis publié le 23 avril nous apprend que l'escadron d’hélicoptères 01.067 «Pyrénées» se cherche actuellement un hélicoptère de location afin d'effectuer des heures de vol de formation. Un pratique qui tend à se développer. 

Selon l'avis n° 16-56526 en effet, l'Armée de l'air recherche un hélicoptère de type EC 225, EC 725, H225 ou H225M dans le cadre d'un marché public ayant pour objet l’acquisition d’heures de vol, sans équipage. Ces heures de vol seront destinées à l'EH 01.067 «Pyrénées» bien connu des lecteurs de ce blog.

L'escadron d'hélicoptères 1/67 «Pyrénées» est basé à Cazaux (base aérienne 120), sur le bassin d'Arcachon. Il emploi des Puma, et surtout les modernes Caracal, particulièrement adaptés aux opérations spéciales.
Car outre le CSAR (combat search and rescue) qui est la spécialité du régiment, ce dernier est depuis l'été 2015 intégré au Commandement des Opérations Spéciales, le COS.

C'est pourquoi les appareils recherchés ici sont tous des versions ou dérivés du Caracal... quand le Caracal n'est pas lui-même un dérivé de ces appareils. Airbus Helicopters a développé toute une gamme d'appareils, que ce soit pour le sauvetage en mer ou le domaine de l'exploitation pétrolière offshore.

L'avis précise que:

  • l'appareil doit avoir une configuration  "similaire à celle des appareils en service dans l'armée de l'air",
  • l’appareil doit permettre la réalisation de vols d’entrainement et de préparation opérationnelle des équipages de l’Armée de l’Air. Le prestataire sélectionné devra "s'adapter aux besoins des forces et à la disponibilité des équipages".
  • le marché est conclu avec une quantité annuelle minimale de 400 heures de vol et sans quantité maximale. L’activité annuelle de référence à atteindre est fixée à 750 heures de vol,
  • l'EH 1/67 est l’unité bénéficiaire de la prestation. L’appareil est basé à Cazaux mais peut circuler sur le territoire métropolitain, Corse comprise.

Enfin, on parle ici d'un marché évalué à 60 millions d'euros HT allant jusqu'au 31 décembre 2018, avec une reconduction possible pour une à quatre années supplémentaires.

La location d'hélicoptères civils par l'Armée pour effectuer des heures de vols est - on le regrettera ou non - une pratique dont le dévelloppement s’accroît. Il y a quelques mois, je vous parlais effectivement ici de la location d'un Super Puma de la compagnie Starlite au profit des régiment du 4e RHFS et du 5e RHC.
Et il ne faut pas aller bien loin pour trouver l'explication. Avec les OPEX, au Sahel surtout - le Sahara fait terriblement souffrir les machines - les armées ne disposent plus d'hélicoptères disponibles pour les heures de formation, pourtant essentielles...

En outre, on se rappellera que la formation au sein de l'ALAT (Armée de Terre) est externalisée  avec succès depuis cinq ans via la société Helidax, créée par DCI.

Lire aussi sur le blog: 5 ans après sa création, décollage réussi pour Helidax




Crédits photos: Airbus Helicopters.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire