mardi 5 avril 2016

Retour sur la simulation d'attentat sur une Fan-Zone Euro 2016 à Bordeaux

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve au PC mobile du RAID
Aparté sécurité cette semaine avec le déroulement d'un exercice de simulation d'attentat ce lundi 4 avril place des Quinconces à Bordeaux. Le lieu et la date ne sont pas un hasard quand on sait que la ville y accueillera une "fan-zone" de l'Euro 2016, du 10 juin au 10 juillet 2016.

L’Euro 2016, troisième plus grande manifestation sportive après la Coupe du Monde de football et les Jeux Olympiques, c'est déjà dans deux mois et comme vous le savez, ça se déroule en France. Il s'agit non seulement de se préparer, mais aujourd'hui surtout de rassurer dans un contexte sécuritaire européen déplorable.
C'est pourquoi une simulation d’attentat était organisée ce lundi 4 avril au soir, sur la place des Quinconces à Bordeaux, une des dix villes hôtes de la compétition.

Cet exercice était en fait une grande répétition, j'en veux pour preuve la présence des ministres de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et de la Santé Marisol Touraine. Le lieu est même symbolique de l'événement puisque la fan-zone des Quinconces - plus grande place ouverte d'Europe - pourra accueillir jusqu'à 62 000 personnes pendant l'Euro.

L'attaque terroriste, c'est la grande crainte des autorités, d'autant plus qu'en dehors des enceintes sécurisées des stades, il est quasiment impossible par nature de prévenir un attentat...
500 personnes étaient mobilisées pour cet exercice qui avait pour but selon le communiqué officiel de "tester l'interaction des forces d'intervention, de secours, de santé et des services en charge de l'enquête (bouclage et la sécurisation de la zone, intervention des forces spécialisées du Raid, protection du périmètre judiciaire)".

Fortement inspiré des événements récents on s'en doute, le scénario impliquait trois terroristes armés de fusils d'assaut ET de ceintures explosives, avec prise d'otages. Il s'agissait d'ailleurs d'appliquer le RETEX (retour d'expérience) des attentats du 13 novembre.



500 personnes sont donc mobilisées pour l'exercice: Policiers, forces d'intervention (en l’occurrence le RAID), gendarmes, pompiers, démineurs, Samu, psychologues, magistrats et même militaires (Oh !?), le niveau de coopération interministérielle est à son paroxysme ! 
Des moyens matériels lourds sont aussi déployés puisque la Gendarmerie a dans les airs son hélicoptère EC145, et l'antenne bordelaise du RAID est en mode "intervention" avec un véhicule blindé PVP (qu'on a d'ailleurs récemment aperçu lors de deux interventions cours Victor Hugo et cours de l'Yser).

Cellule de crise, poste de commandement avancé, tout est mis en place dans de brefs délais sous l’œil d'un Bernard Cazeneuve toujours très concerné.
A minuit passé, l'exercice est terminé et au CHU, on a simulé la prise en charge de 600 blessés graves, soit largement au dessus des capacités. C'est volontaire.


Bien sûr, il faut maintenant faire le propre RETEX de cette simulation, analyser ce qui a très bien, bien, moyennement, voire mal fonctionné. Il est de surcroît évident qu'un exercice où les figurants ne peuvent souvent s'empêcher de lâcher un fou rire, ne peut reproduire les conditions du réel. Ici réside tout l'art de la gestion de crise...
Toutefois, au delà du comportement humain, de la panique, des facteurs comme le temps d'intervention, d’évacuation sanitaire, les communications, la coordination entre la multitude d'autorités.. tout peut être optimisé afin d'être prêt le jour J. En espérant que celui-ci n'arrive jamais.


Bordeaux accueillera cinq rencontres les 11, 14, 18 et 21 juin, ainsi que le 2 juillet. La fan-zone elle, diffusera l'intégralité des matchs de la compétition sur écran géant.

Le PVP du RAID bordelais
© DAVID THIERRY
Tiens les nouveaux G-36 ! © DAVID THIERRY
© DAVID THIERRY
© DAVID THIERRY
Photos issues des comptes Twitter de Préfecture, Ministère de l'Intérieur, France 3 Aquitaine, France Bleu Gironde... et David Thierry pour le journal Sud Ouest.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire