vendredi 8 avril 2016

Une « Nouvelle Chance » pour un hydravion Albatros grâce à Aerocampus

Un hydravion Grumman Albatros de l'US Navy 

C'est un modèle d'exception qui va être choyé à Biscarosse, dans un hangar de l'Ecole Nationale de l'Aviation Civile. Aérocampus Aquitaine va en effet y diriger la rénovation d'un hydravion Grumman Albatross datant de 1950. Plus d'une trentaine de stagiaires vont s'y afférer. 

Ce 6 avril 2016 à Biscarosse, capitale autoproclamée de l'hydravion, c'était le lancement de l'opération  « Nouvelle Chance ». Ce projet consiste à former 36 stagiaires âgés de 19 à 49 ans sur la restauration d'un très ancien, mais mythique modèle d'hydravion, un Grumman Albatross de collection.

Pendant toute l’année 2016, Aerocampus Aquitaine chapeautera le chantier qui verra ces stagiaires en situation de demandeurs d’emploi ou bénéficiaires du RSA obtenir une qualification professionnelle dans le domaine aéronautique. Ils recevront en effet au terme de cette rénovation un certificat de qualification professionnel (CQPM) d’ajusteur-monteur aéronautique ou de peintre aéronautique.
Une formation qui se déroulera dans un premier temps dans les locaux du Musée de l’Hydraviation pour la formation préalable, puis dans ceux de l’ENAC sur le site du chantier donc.


L'appareil est un hydravion amphibie américain Grumman Albatross de 30 mètres d’envergure datant de 1950 (la production de ces appareils ayant débuté en 1947). Ce modèle, dont certains exemplaires volent encore dans le monde, était spécialisé dans la recherche et le secours en mer. L'US Navy en utilisa un certain nombre, mais le modèle qui débarque à Biscarosse appartenait lui aux italiens.

La Région Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 200 000 €, les chantiers formation étant un des dispositifs du programme « Nouvelle Chance » créé en 2009 par.... la Région, pour proposer une nouvelle opportunité aux jeunes en grande difficulté en facilitant l’accès à la formation et à l’emploi.
Catherine Veyssy, vice-présidente du Conseil régional ALPC en charge de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’emploi, était d'ailleurs présente pour le lancement de l'opération, en compagnie bien sûr du Président d'Aerocampus, Jérôme Verschave.

Une fois rénové - attention, malheureusement il ne volera plus ! - le Grumman Albatross sera exposé dans le parc du musée de l'hydraviation à Biscarosse.


Reportage de TV7 diffusé en mars



Mais retour à Latresne, sur le rive droite bordelaise, où Aerocampus Aquitaine a reçu une nouvelle cellule grâce à son partenariat avec Airbus Helicopters: les élèves pourront donc désormais travailler sur un SUPER PUMA. Et en fouinant un peu parmi les 30 pays qui l'ont utilisé ou l'utilisent encore, on peut en déduire à partir du camouflage pour le moins original de l'appareil que celui-ci a dû appartenir aux forces aériennes du Nigéria.


Data Space Campus

Un mot enfin pour revenir sur le projet de Data Space Campus à l'observatoire de Bordeaux (Floirac), dont nous parlions en janvier sur Pax Aquitania. C'est Aerocampus Aquitaine, qui a la charge du site de 13 hectares, avait récemment proposé d’y créer un lieu unique permettant l’émergence des futurs acteurs de ces usages grâce à la convergence du numérique et du spatial.
Selon Jérôme Verschave, ce lieu pourrait devenir « unique, tout public, réunissant la recherche, la formation, la diffusion scientifique et l’écosystème d’entreprises, start-up comme grands groupes ». On évoque aussi une programmation culturelle pour le grand public, par exemple des projections de cinéma de SF.


Restait à créer la dynamique capable de réunir un budget de près de 25 millions d'euros. Le projet est désormais effectivement lancé et de nombreux partenaires ont semble-t-il déjà rejoint l’aventure: Financeurs (Ville de Floirac, Métropole, Région, Caisse des Dépôts et Consignations), scientifiques comme Cap Sciences ou l’association La Ferme des Etoiles, économiques avec des entreprises spécialisées dans les drones ou le traitement des données...

Aussi le 14 mars, une présentation était organisée par la Région sur le site, et c'est plus de 200 acteurs, start-ups, grands groupes, centres de formation, mais aussi acteurs de la médiatisation scientifique qui étaient présents pour suivre ce projet enthousiasmant. Le lancement est espéré dès septembre 2016.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire