mardi 10 mai 2016

Visite d'Emmanuel Macron chez Thales Avionics à Bordeaux

Mais que vise donc Emmanuel Macron ici ? © AFP NICOLAS TUCAT

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, était hier en visite du côté de Bordeaux pour y parler des transports de demain, notamment. Un détour par un incubateur de start-up, ou encore le passage obligé chez Pôle Emploi... mais ce qui nous intéresse en particulier sur ce blog, c'est la visite de Thales Avionics, au Haillan.

Après s'être entretenu avec Alain Rousset à 8H30 à l'hôtel de Région ALPC, Emmanuel Macron a poursuivi sa journée bordelaise - toujours suivi d'une nuée de journalistes - par la visite au Haillan du site de Thales Avionics, fabricant de systèmes de cockpits pour l’aéronautique civile et militaire.
Le Président de la Région était toujours à ses côtés, tandis que la Députée Marie Récalde les accompagnait sur ses terres de la 6ème circonscription.

Le site de Thales au Haillan est une véritable vitrine en matière d'innovation. Emmanuel Macron s'est ainsi vu présenter le centre d'innovation, le "Cokpit 2020", ou encore celui de l'Airbus A350 dont il a pu virtuellement prendre les commandes en tant que copilote. Aussi et surtout, l'accent a été mis par le groupe sur son futur campus (actuellement en construction sur l'aéroparc de Mérignac), qui concentrera toutes ses activités bordelaises, et pas moins de 2300 salariés. Minimum.
On trouvera tout de même dans cette visite une petite note de militaire, l'innovation dans ce secteur irriguant en permanence l'industrie civile.... Et je remercie monsieur le ministre de m'aider dans ma transition, ce dernier ayant essayé chez l'industriel le casque TopOwl qui équipe les pilotes d'hélicoptère Tigre (courte présentation vidéo ICI).



Thales va fournir à l'Espagne 80 casques Scorpion pour ses pilotes de F-18

Notez que cette fois, Emmanuel Macron n'a pas servi de modèle ! - Photo Thales Visionix

Car Thales est reconnu mondialement pour ses viseurs dernière génération intégrés au casque des pilotes. Et c'est ainsi qu'on apprend ce 10 mai via un communiqué du groupe, plus précisément Thales Visionix, la commande par l'Espagne de 80 viseurs de casque Scorpion. Celle-ci va en effet équiper ses pilotes des chasseurs EF-18A.

Les viseurs de casque ou HMD (Helmet Mounted Display) sont une évolution de l’affichage tête haute. Le viseur de casque superpose des informations nécessaires au pilotage, à la navigation ou à la réalisation de la mission sur une visière en plexiglas intégré au casque. Il permet au pilote de surveiller son environnement en même temps que des informations fournies par ses instruments de bord. De la réalité augmentée en somme.
Mais l'un des gros plus par rapport à l’affichage tête haute traditionnel qui lui est fixe (comme vous le voyez sur la photo de Une de cet article, devant les yeux du ministre), le pilote peut orienter sa tête vers la cible qu'il veut accrocher. Et ne jamais la lâcher.

Pour les connaisseurs, le système Scorpion de Thales Visionix utilise une technologie hybride baptisée HObIT (Hybrid Optical based Inertial Tracking) combinant un système de suivi de mouvement hybride et une centrale inertielle couplée à des capteurs de reconnaissance optiques.

Contrairement au TopOwl, le Scorpion est produit aux Etats-Unis, Thales ayant acquis l'activité de la société Gentex.
Présenté par Thales en 2013 au Moyen-Orient (nombreux clients potentiels) le viseur de casque Scorpion a pour qualité son prix - relativement - attractif par rapport à la concurrence, et surtout d'être adaptable à n’importe quel type de casque.

Le système a déjà rencontré un certain succès et on le retrouve par exemple chez les pilotes américains de l'US Air Force sur A-10 et F-16. Il a même été testé sur le F-22 Raptor (d'ailleurs à ce jour, la chasse française n'est pas équipée de tels systèmes de visée). On devrait également le retrouver associé à tous les équipements militaires d'Airbus Helicopters, puisque les deux industriels avaient annoncé un accord il y a deux ans.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire