lundi 6 juin 2016

Dassault montre son drone de combat nEUROn, Airbus abandonne son Tanan


Le démonstrateur européen de drone de combat nEUROn a été, et c'est une première mondiale dans le domaine, présenté en vol au public ce samedi 4 juin 2016. C'était lors du meeting organisé par l'Armée de l'Air à Istres. Un véritable coup de com' réalisé par Dassault Aviation, et un énorme cadeau au public !

Ce n'est pas grand chose sur le papier... le vol d'un drone, ultramoderne et furtif certes, mais comme à la parade: en formation avec un Falcon 8X et un Rafale biplace,  à 150 mètres d’altitude et à 350 km/h, pendant une quinzaine de minutes.

Au niveau de la symbolique en revanche, cet événement est exceptionnel. Tout d'abord car il s'agit là d'une première mondiale et historique pour l'aéronautique. Dévoiler ainsi un démonstrateur de drone de combat furtif au public est une chose que même les américains - avec des années d'avance dans le domaines - n'ont pas osé.
Aussi car même si le NEURON a plus d'une centaine de vols à son actif depuis 2012,  la tâche était ardue sur le plan technique. Il fallait que les conditions parfaites soient réunies, climatiques notamment, mais aussi administratives, les autorités n'étant pas forcément très en accord avec l'idée à la base...

Lire aussi sur le blog: Le drone de combat NEURON débute ses essais en mer


Au final, les équipes Dassault Aviation, de la DGA et de l'armée de l'Air ont effectué un travail parfait de préparation puis de réalisation de ce vol historique.

Dassault Aviation s'en est d'ailleurs très vite félicité:  « les trois avions sont passés en formation à 150 mètres d’altitude et à 350 km/h au-dessus de la piste d’Istres, permettant à des milliers de spectateurs de les voir à moins de 400 mètres de distance. La réalisation d’un tel vol, dans un volume très contraint, représente une véritable prouesse technique et de pilotage ».


Airbus DS laisse tomber le drone Tanan

De son côté Airbus Defence & Space abandonne son programme de drone à voilure tournante (VTOL) Tanan, dévoilé il y a deux ans à peine et que l'on avait d'ailleurs pu apercevoir à Bordeaux lors du salon UAV Show 2014.

Le Tanan est un projet de drone pour la Marine et associant les industriel Airbus et DCNS. Il était censé pouvoir rester 10h en vol et emporter 4 roquettes guidées, les roquettes du français TDA dont vous pouvez voir des tests ci-dessous en vidéo.


Selon Airbus DS, le marché n'est pas mature. Alors pur abandon ou simple report ? On parle effectivement bien d'abandon, en avançant les raison suivantes. « Les études d'ingénierie et de marché ont démontré qu'on avait intérêt à faire quelque chose de différent ». Coût, autonomie, poids... c'est tout un ensemble de paramètres qu'il faudrait ainsi revoir. L'industriel a alors pris la décision radicale d'abandonner le projet et de faire table-rase.

En attendant, et alors que l'Armée de l'air vient de passer le cap des 100 000 heures de vol avec ses trois MQ-9 Reaper au Sahel et que l'Armée de Terre s'est commandée une quinzaine de drones Patroller, la Marine apparaît comme la grande perdante dans le domaine. Même si certains militent justement pour l'emploi de Patroller (qui est un MALE et a donc besoin d'une piste), l'idéal serait tout de même de pouvoir opérer depuis les navires des drones à voilure tournante à court terme.


Photos: Jean Marc Tanguy à IStres pour le NEURON; vue d'artiste Airbus DS pour le Tanan accompagnant une frégate Gowind de DCNS.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire