mardi 28 juin 2016

Le Falcon 8X certifié en Europe !


Grande nouvelle pour l'avionneur français Dassault Aviation ! L'European Aviation Safety Agency (EASA) a prononcé la certification du Falcon 8X, le dernier né des jets de la firme. L'avion peut donc voler en Europe. La décision pour les USA est attendue prochainement.

Loin de connaître les soucis de son petit frère le Falcon 5X - dont les problèmes sur son moteur SAFRAN repousse sa mise en service de plusieurs années - voilà le 8X certifié par l'Agence Européenne de Sécurité Aérienne. Toujours une grande nouvelle dans l'historique d'un avion.

Assemblé à la fois en France et aux USA, le 26ème Falcon 8X est actuellement en cours d'assemblage final chez Dassault à Mérignac. Les premières livraisons du Falcon 8X pourront ainsi avoir lieu si tout va bien au début du quatrième trimestre 2016.

Communiqué
Saint-Cloud, France, le 27 juin 2016 – Dassault Aviation se félicite de la certification du Falcon 8X par l’EASA (European Aviation Safety Agency – l’administration européenne de l’aviation civile). 
Cette certification intervient conformément au calendrier du programme. La certification américaine sera délivrée prochainement par la Federal Aviation Administration. Les premières livraisons du Falcon 8X pourront ainsi avoir lieu au début du quatrième trimestre, comme annoncé lors du lancement de l’appareil en mai 2014.
“Non seulement nous avons développé un Falcon qui répond parfaitement aux besoins de nos clients en termes d’autonomie, de confort et de souplesse d’emploi, mais en plus nous l’avons fait en un temps record et avec un processus de fiabilisation et de maturation sans équivalent », souligne Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation.
Le 26e Falcon 8X est actuellement en assemblage final dans l’usine de Mérignac. Douze appareils sont en cours d’aménagement cabine dans l’usine de Little Rock (Arkansas, Etats-Unis).
 
A propos du Falcon 8X :
Dérivé du Falcon 7X, le Falcon 8X a fait son premier vol le 6 février 2015. Il offre la plus grande autonomie (11 945 km) et la plus longue cabine de toute la gamme Falcon, permettant à ses passagers de voler très confortablement et sans escale de Pékin à New York, de Hong Kong à Londres ou de Los Angeles à Moscou. Il affiche les mêmes remarquables performances que le Falcon 7X en termes d’économie de fonctionnement et de capacités terrains courts. Outre la cabine la plus silencieuse et les commandes de vol numériques les plus avancées de l’aviation d’affaires, le Falcon 8X proposera la plus vaste gamme de possibilités d’aménagements intérieurs.
 

BONUS: le récent tour du monde du Falcon 8X.



La surveillance maritime: un destin tout tracé ? 

Et je pose ici une question: le 8X a-t-il pour destinée d'être militarisé un jour, rejoignant la gamme Dassault de Falcon de surveillance maritime ?

Eh bien probablement, mais il devra d'abord laisser la place au Falcon 2000 MRA (Avion Maritime Multi-Rôles en FR) qui est équipé de systèmes dédiés répondant aux spécifications du projet AVSIMAR de la Marine Nationale. Il peut ainsi assurer des missions de surveillance, reconnaissance, lutte anti-surface, guerre électronique et d’entraînement des flottes.
Autrement dit il conviendrait tout aussi bien comme avion de surveillance/patrouille maritime que comme avion espion.

En France, nous sommes a priori peu concernés dans la Marine Nationale par la mise sur le marché du Falcon MRA, nos avions de surveillance, Falcon et Atlantique II, faisant actuellement l'objet de modernisation (lire l'article sur la mutation technologique de l'ATL2 tout juste paru sur Defens'Aéro).

Sur le blog: Le dernier des 4 Falcon gouvernementaux remis à la Marine

Mais en ce qui concerne la prochaine génération d'avion de PATMAR/SURMAR, on évoque des travaux prenant pour base notre nouveau Falcon 8X. Un appareil qui devrait se voir doter de tout le panel habituel de matériels de surveillance et de communication... et même d'armements. En faisant un avion de guerre ?

Equiper des avions de surveillance de missiles guidés semble bien devenir une norme. On l'a vu notamment en France avec les Atlantique II. L'idée est évidemment d'effectuer des tirs d'opportunités, lorsque les appareils voués à cette mission sont hors de portée. De plus, on remarquera que ces appareils ont récemment été utilisés en opérations "non-maritimes", comme au dessus de l'Irak ou de la bande sahélo-saharienne.
Enfin, il est même question d'en équiper - de missiles - à moyen terme les avions de transport tactique comme le C-130 Hercules...


Ci-dessous, le récent Falcon 2000 MRA (ou MSA selon les versions, comme celle choisie par le Japon), que l'on voit présenté en maquette sur les salons 2016 équipés de... missiles !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire