jeudi 23 juin 2016

Le Qatar évoque l'achat de 12 Rafale supplémentaires. Et l'Argentine de Mirage !

Mirage F1/CR et Rafale en 2013 au Sahel

Décidément il y a de l'animation sur le marché des chasseurs ces derniers jours. D'une part, c'est le Qatar qui pourrait faire jouer son option pour l'achat de 12 Rafale supplémentaires... et d'autre part, l'Argentine se cherche des avions d'occasion, qui pourraient se trouver en France. 

Après l’Égypte (voir lien ci-dessous), c'est le Qatar, autre client export de Dassault Aviation pour le Rafale, qui pourrait à court ou moyen terme lever l'option contractuelle impliquant 12 appareils supplémentaires. Des officiels quataris ont récemment évoqué pour la première fois en présence des autorités françaises cette possibilité.
Le Qatar avait fait l'acquisition de 24 Rafale en mai 2015, 6 biplaces et 18 monoplaces.

Lire aussi sur le blog: Douze Rafale supplémentaires pour l'Egypte ?



En outre, le pays, qui aimerait diversifier ses fournisseurs, tente d'acheter des F-15 aux américains. On parle d'une trentaine d'appareils. En cas d'échec, la décision étant soumise comme toujours à l'autorisation du congrès à Washington, la solution secondaire serait le Typhoon du consortium (GB, Allemagne, Espagne, Italie) Eurofighter.


Des Mirage F1 pour l'Argentine ?

C'est la crise en Argentine ! Economique bien sûr mais aussi dans l'Armée de l'air. En effet, et comme tout est lié, le pays ne dispose plus de chasseur supersonique depuis 2015, et le retrait de ses derniers Mirage III et "5". Pour des raisons budgétaires donc, leur remplacement n'a pas pu être anticipé, laissant le ciel argentin sans grande défense.

Et les problèmes de trésorerie sont tels que des pistes menant au Gripen de Saab (comme chez le voisin brésilien), au Kfir israélien, ou au JF-17 sino-pakistanais sont quasiment toutes tombées définitivement à l'eau... Y compris sur le marché de l'occasion avec des Mirage F1 espagnols ou des F-16 américains.

Seulement une dernière possibilité subsiste: Julio Martínez, ministre argentin de la Défense, en visite en France ce mois de juin, a révélé l'existence de négociations avec Paris pour l’acquisition de 12 Mirage F1 d’occasion (l'Armée de l'air a mis à la retraite ses F1 il y a tout juste deux ans) du fabricant Dassault Aviation. Les soucis budgétaires argentins seraient réglés grâce à un contrat de gré à gré entre Etats.

Attention cependant, les Mirage F1 français ayant été modernisés pour, par exemple, assurer des missions de reconnaissance (au Normandie Niemen à Mont-de-Marsan), on peut penser que des Mirage 2000C sont plus adaptés aux missions de défense aérienne.

A se demander aussi si les argentins ne pourraient pas être bientôt intéressés par nos Super Etendard Modernisés, qui seront retirés du service début juillet. L'aéronavale argentine est en effet une grande utilisatrice et amatrice du Super Etendard.


Et pendant ce temps, le premier F-35 israélien est présenté au Texas

Une dernière brève pour signaler que ce mercredi 22 juin, le ministre de la Défense israélien Avigdor Lieberman a accueilli au nom de l’Armée de l’air israélienne le premier chasseur de nouvel génération F-35 lors d’une cérémonie festive de lancement à l’usine de Lockheed Martin à Fort Worth, au Texas.

Israël reçoit ainsi le premier des 33 F-35 qu'elle a commandé et sera ainsi la seconde nation à aligner le chasseur de Lockheed, après les USA donc. L'avion présenté aux couleurs de l'Armée de l'air israélienne arrivera sur place à la fin de l'année.

En hébreu, le nom de code de l'appareil sera "Adir".



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire