lundi 4 juillet 2016

Airbus Safran Launchers est enfin lancée ! Le M51 et Ariane confirment !


C'est fait ! Safran et Airbus ont enfin finalisé la création de leur coentreprise, Airbus Safran Launchers,  leader mondial des lanceurs spatiaux. La route est dégagée pour Ariane 6.

Le 1er juillet 2016 marquera donc la date de naissance d'Airbus Safran Launchers (ASL), fruit d'une joint venture entre Airbus Group et Safran s'agissant de leurs activités en matière de lanceurs spatiaux.
Les quelques difficultés juridiques et surtout fiscales ont donc été réglées, et l'Europe peut enfin s'atteler dans de bonnes conditions à porter son projet Ariane 6, qui aura d'une part pour mission de faire conserver à Arianespace son rôle de leader, mais aussi et surtout la lourde tâche de contrer l'agressivité des nouveaux opérateurs privés comme l'emblématique SpaceX.

Lire sur le blog: SpaceX récupère son lanceur ! Pendant ce temps, Ariane 6...



Tom Ender, PDG d'Airbus Group, s'est montré particulièrement réjoui: "Avec cette signature, Airbus Safran Launchers devient totalement opérationnelle et portera tous ses efforts sur des solutions plus compétitives pour ses clients, la priorité étant la prochaine génération de lanceurs Ariane 6, dont le tout premier vol est déjà prévu en 2020".

Airbus Safran Launchers, ce sont des chiffres impressionnants: 11 filiales, et environ 8400 collaborateurs dont 3400 en Aquitaine ! La région concentre en effet des activités industrielles majeures d’ASL (Bordeaux qui a un temps espéré accueillir le siège social), en particulier sur les sites Safran du Haillan et Airbus DS de Saint-Médard-en-Jalles en banlieue bordelaise, où l'on conçoit les moteurs à propergol solide d’Ariane et ses tuyères, ou encore le programme des étages d’accélération à poudre du lanceur. Ce qui est aussi valable pour d'autres sortes de lanceurs balistiques...

Dans la région donc, on se félicite bien sûr, car l'événement va de pair avec une autre réussite !

Nouveau test réussi pour le M51

Eh oui car dans le même temps, ce 1er juillet à 9h18 précisément, le sous-marin lanceur d’engins (SNLE) Le Triomphant a procédé avec succès au lancement d’un missile balistique mer-sol M51 depuis la baie d’Audierne dans le Finistère.

Instant droit international: dans son communiqué, le Ministère de la Défense insiste sur le fait que cet essai a été effectué « dans le strict respect des engagements internationaux de la France ».



On se rappellera qu'un autre missile M51-2 avait été tiré avec succès depuis le centre d'essais de missiles de la DGA, situé à Biscarosse dans les Landes, en septembre dernier. Un an et demi après l'échec du 5 mai 2013, durant lequel le missile s'était autodétruit.

Sur le blog: Un missile balistique M-51 tiré depuis le centre d'essais des Landes



Ce nouveau tir permet de valider les capacités opérationnelles du Triomphant, qui pourra ainsi reprendre ses patrouilles, avec un nouveau système de combat SYCOBS (SYstème de COmbat commun Barracuda SNLE).

Développé et assemblé (pour la partie propulsion) par Airbus DS à Saint-Médard-en-Jalles, le M-51, nouveau fer de lance de la dissuasion nucléaire française, a une portée supérieure à 6000 km pour une masse de 54 tonnes. Il vient remplacer dans nos sous-marins le M45.
La première version du M-51 est en service depuis 2010, et son évolution, le M51-2 donc, vient offrir des performances encore supérieures, avec notamment une portée toujours plus importante ainsi qu’une meilleure aptitude à pénétrer les défenses adverses.


Signalons enfin que de son côté, le lanceur Ariane 5 a réussi un 72ème décollage consécutif (le record est à 74) samedi 18 juin, avec en prime une charge utile inégalée jusqu'ici pour lui, atteignant les presque 11 tonnes !


BONUS: le joli "photo-montage" d'ASL sur Twitter pour sa naissance !








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire