lundi 25 juillet 2016

Des Fêtes de Bayonne sous haute surveillance

Un militaire de l'opération Sentinelle ce week-end à Mont-de-Marsan. © EMA/com

Dans un contexte sécuritaire extrêmement tendu, les autorités attendent les "Fêtes de Bayonne" avec une certaine anxiété. Et c'est pourquoi le dispositif de sécurité sera plus élevé que prévu. C'est ce qu'a tenu à annoncer le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Pierre-André Durand.

Très honnêtement, peut-être fatigué d'écrire et réécrire sur ce sujet, je m'étais promis de ne plus toucher aux problématiques de sécurité intérieure pour concentrer l'activité du blog sur la défense et l'aérospatiale.
Mais voilà, après ce 14 juillet dramatique à Nice, et alors qu'on pensait le pire évité avec un Euro presque sans accroc, tout rassemblement populaire (et ils sont nombreux en été) devient un véritable casse-tête pour les forces de sécurité. Et le plus important de tous se déroule justement en cette fin juillet, du 27 au 31, à Bayonne, où les célébrissimes fêtes annuelles vont rassembler une foule extrêmement dense.


1900 personnes pour assurer la sécurité du centre ville de Bayonne

Dans un contexte quasi-inédit où la menace peut venir de partout (donc plus seulement à Paris, préméditée, planifiée de longue date ou nécessitant un réseau structuré...) la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques tente de rassurer le public.
Suite à l'attentat de Nice, un point presse était organisé jeudi dernier afin de présenter un plan de sécurité "renforcé". D'un point de vue communication, il s'agit en premier lieu de montrer qu'on ne sous-estime pas la menace, comme cela est reproché à Nice. Car ce sont un million de visiteurs qui sont attendus à partir de mercredi à Bayonne pour cette 80ème édition des Fêtes !

Au total, 1900 personnes seront en charge de la sécurité et de l'aide aux personnes: policiers, gendarmes, la police aux frontières, 60 militaires de l'opération Sentinelle, 4 compagnies de CRS, pompiers, Samu, Sécurité civile... Nous sommes largement au dessus des chiffres de la précédentesédition durant laquelle 500 policiers, 180 gendarmes, une compagnie de CRS et 180 agents d'une société privée avaient été mobilisés. 
Enfin, de nombreuses activités sont finalement annulées pour éviter les mouvements de foule, et les accès au centre ville pour les véhicules seront réduits de 7 à 4 passages. Avec cette nouvelle crainte qu'est le véhicule bélier en effet, on s'attend aussi à voir l'apparition de barrages renforcés, y compris sur les trottoirs.

[Mise à Jour: Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve se rendra à Bayonne ce mardi, pour évoquer les questions de sécurité autour de l'événement >>> annulé après  les événements de Saint-Etienne Du Rouvray]

Côté forces d'intervention, il est certain que jusqu'à Bordeaux et son antenne du RAID, on restera en alerte. Anglet dispose bien officiellement d'une BRI, mais pas bâtie pour ce genre d'événement. La rumeur veut même qu'elle soit fermée à court terme.
On pense aussi et surtout au 1er RPIMa, un des régiments phares des forces spéciales qui depuis cet hiver peuvent désormais agir sur le sol français en cas de force majeure et d'absence d'une autre unité d'intervention. Une extrémité qu'on n’espère ne jamais voir atteinte sur le territoire national.



En parallèle (je ne peux dire si cela est lié), l'Etat Major de Zone Sud-Ouest a annoncé le redéploiement de renforts de l'opération ‪‎Sentinelle‬ dans toute la zone (Région Nouvelle Aquitaine) pour le reste de la saison estivale.
Une opération Sentinelle qui rince littéralement nos armées et qui après un rapport parlementaire plutôt - c'est un euphémisme - négatif, semblait vouée à, si ce n'est être supprimée, évoluer vers quelque chose de plus souple et plus efficient. Malheureusement c'était avant le drame niçois et la frénésie politique qui s'en est suivie...

François Hollande a d'ailleurs aujourd’hui annoncé des compensations pour les militaires.


Souhaitons aux participants de jolies fêtes malgré le contexte, à Bayonne ou ailleurs, et bon courage aux hommes et aux femmes qui assureront la sécurité. Et dans un coin de la tête, n'oublions surtout pas que le principal facteur de risques en cette période de l'année, c'est encore et toujours l'alcool au volant !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire