vendredi 5 août 2016

Et revoilà la Garde Nationale !

Cortège de la garde nationale se rendant au Palais-Royal, vers 1790, par Jean-Baptiste Lesueur. (AKG Images)

Plus de deux cent ans après la Révolution, revoilà la Garde Nationale ! Alors que le France connaît une vague d'attaques terroristes sans précédent, le Président François Hollande a annoncé qu'il souhaitait recréer une garde nationale, constituée de volontaires, de réservistes, qui viendront en aide aux forces de l'ordre dans les temps de crise comme celui que nous connaissons.

Il est amusant de constater comme l'Histoire semble jouer avec les hommes et les sociétés. La Garde Nationale en France, était née lors de la Révolution, avait vécu un siècle avant de disparaître avec la 3ème République.
Et voilà qu'aujourd'hui, face au danger terroriste quasi-permanent, et le sur-emploi des forces de sécurité et des militaires (dont ce n'est pas la mission !), on ressort l'idée de garde nationale... Qui ne date pas de cet été d'ailleurs, puisque évoquée dès le discours du 16 novembre 2015 à Versailles.

L'idée est simple, décharger militaires, gendarmes et policiers des missions de surveillance et d'encadrement, et confier cette charge à une force dédiée. Le sénateur (UDI) Jean-Marie Bockel avait justement rendu un rapport parlementaire à la mi-juillet sur le potentiel apport d'une réserve opérationnelle dopée (Lire son billet dans le Huffington Post).

Alors clairement, il ne faut pas rêver à un modèle à l'américaine (la Garde Nationale des USA est forte de 463 000 réservistes, et dispose de ses propres hélicoptères et chars de combat), mais on devrait pouvoir se fixer sur un objectif de 84 000 hommes et femmes, ce qui semble déjà un exploit quand on connait les coulisses de la réserve actuelle...

84 000 personnes d'ici 2019, réparties entre la Défense et l'Intérieur (Gendarmerie ? Police ? Les deux ?). La montée en puissance du dispositif sera "précise et cadencée" selon le Ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Evidemment, nombreuses sont les questions à régler, sur l'équipement - et donc l'armement - ou la formation - commune ? - de ces réservistes.
De plus, en toute logique, ces "gardes nationaux" devraient être privés d'opérations extérieures. Serait ce donc à dire qu'ils ne seront pas à même de pouvoir répondre à toute situation de combat, comme on en verrait en zone de guerre (non la France n'est pas une zone de guerre) ?

On imagine déjà le questionnaire de recrutement avec d'un côté la réserve opérationnelle militaire - à l'ancienne - et ses possibilités de découvrir les théâtres extérieurs, et la Garde Nationale de l'autre, vouée aux OPINT comme "Sentinelle".

Réponses et détails à l'automne donc, après quelques travaux institutionnels.

Un chiffre édifiant pour finir: selon un sondage récent, une grosse moitié des jeunes français serait prête à s'engager d'une façon ou d'une autre pour la sécurité du pays...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire