mardi 30 août 2016

Le soutien aux vétérans devient viral grâce au "22 Pushup Chal­lenge"


Venue des USA, une nouvelle campagne virale et participative s'empare des réseaux sociaux: le "22 Pushup Chal­lenge". Vingt-deux pompes au service d'une cause, alerter sur le suicide des vétérans des armées.

Les plus connectés d'entre vous ont sûrement remarqué l'apparition ces derniers jours d'un nouveau challenge sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram principalement) et certains de vos contacts effectuer une série de pompes face caméra avant de nominer d'autres participants: il s'agit là du "22 Pushup Challenge".

Après le très fameux "Ice Bucket Challenge" en 2014 qui visait à sensibiliser le public à la la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique et ainsi appeler aux dons (100 millions de $ récoltés pendant l'événement, soit une multiplication des dons par... 50 !), voici venue des Etats-Unis une nouvelle campagne de "cyber-sensi­bi­li­sa­tion".

Le 22 Pushup Chal­lenge a été créé par l’association Combat Stress dont le but est d'alerter la société américaine sur le nombre affolant de suicides dus au syndrome de stress post-traumatique (le fameux PTSD en version originale) chez les vétérans des armées. En effet, c'est en moyenne 22 soldats souffrant de stress post-trau­ma­tique ou de troubles mentaux qui se suicident chaque jour aux USA.
Et c'est une grande réussite puisque la campagne consistant à faire 22 pompes pendant 22 jours, relayée par les stars d'Hollywood n'a pas tardé à devenir virale, et surtout, à dépasser les frontières...

Pour arriver notamment en France, où ce phénomène reste malheureusement grandement ignoré. Si la France n'était pas présente avec les américains en Irak, elle le fut par contre sur un théâtre tout aussi difficile, l'Afghanistan, avec les tragédies que l'on connait.
Il s'agit aussi de ne pas négliger l'opération Sangaris en République Centrafricaine, dont les vétérans sont nombreux à être rentrés au pays avec de terribles séquelles psychologiques. Un rapport parlementaire récent pointe d'ailleurs que 12 % des militaires de retour de Sangaris présentaient des déséquilibres psychologiques contre 8 % pour l'opération Pamir en Afghanistan, pourtant jugée plus... intense en terme de combat. De nombreuses raisons tenant au théâtre centrafricain peuvent expliquer cela.

Sur le blog: L'opération Sangaris en RCA cessera en 2016


Il faut de plus savoir qu'en France, l’hôpital militaire bordelais Robert Picqué traite 40% des blessés psychiques, essentiellement de l'Armée de Terre.
Les psychiatres des armées doivent déceler le mal, qui s'incarne souvent dans un changement de comportement du patient: violence, addictions à l'alcool, aux drogues et médicaments... dépression, comportement suicidaire. La répétition de cauchemars plusieurs fois dans le même nuit est un signe central.



D'où l'importance pour les armées de disposer d'interlocuteurs qualifiés au sein de l'institution. Un militaire en situation de stress post-traumatique aura toujours plus de facilité à communiquer avec un de ses semblables. A ce titre, les aumôniers militaires peuvent là aussi jouer un rôle d'écoute et d'orientation déterminant. Plusieurs organismes, existent également dans ce but: l'ONACVG (Organisation nationale des anciens combattants et victimes de guerre), la CABAT (Cellule d'aide aux blessés de l'armée de terre), ou encore Terre Fraternité.
Ces organisations ou associations ont l'avantage de pouvoir travailler dans le temps, afin d'accompagner et d'aider le blessé à se réinsérer dans la vie civile. La compréhension des familles est là décisive.


Le printemps 2015 avait d'ailleurs été marqué à Bordeaux par l'opération "Tous Solidaires" au profit des blessés de guerre. Opération que l'on avait suivie sur ce blog et dont je vous invite grandement à lire ou relire le compte rendu de conférence alors publié (lien ci-dessous).




Revenons à "22 Pushup Chal­lenge" qui espère avec cette campagne de sensibilisation atteindre le nombre impressionnant de 22 millions de pompes effectuées (et au moins tout autant en dons). Il nous reste donc un peu d'effort à fournir ! Alors au travail !

Je vous laisse en compagnie de Chris Pratt, héros des "Gardiens de la galaxie" et de "Jurassic World", ainsi que du "Captain America" en personne, Chris Evans.



PS: j'oublie de signaler qu'un documentaire sur le sas de décompression de Chypre, par lequel sont censés passer les soldats français de retour d'opérations extérieures s'apprête à sortir.


1 commentaire: