jeudi 6 octobre 2016

Après le contrat Rafale, la coopération devient concrète pour Dassault en Inde

Bandeau promotionnelle après la signature du contrat Rafale en Inde

Reliance Infrastructure, société aéronautique indienne, a annoncé lundi 3 octobre la constitution d’une coentreprise avec Dassault Aviation, sous le nom de Dassault Reliance Aerospace (DRA). Cette annonce suit directement la signature d'un contrat en Inde pour 36 chasseurs Rafale de l'avionneur français.

On les annonçait ces fameux "offsets" (compensations). Le contrat indien pour l'avion Rafale, qui avoisine les 8 milliards d'euros, comporterait en effet la moitié de sa valeur en retombées sur l'économie locale.

Et alors qu'on attendait HAL (Hindustan Aeronautics LTD), c'est une nouvelle venue dans le monde de la défense, Reliance, qui tire son épingle du jeu en constitution d’une coentreprise avec Dassault Aviation: Dassault Reliance Aerospace.

L'Inde espère que ces coopérations seront bénéfiques à près de 200 sous-traitants, allant jusqu'à générer 1 500 emplois directs et 9 000 indirects ! Plutôt optimiste.
C’est dans la région d'origine des cadres du pari au pouvoir, à Nagpur qu'on attend les principales retombées économiques, avec notamment la production de certaines parties - pas forcément stratégiques, comme des morceaux de carlingue - du Rafale.
Reliance y a acquis un terrain de 117 hectares, où une usine de plus de 400 000 m² devrait voir le jour. 

Mais derrière ces chiffres très ambitieux, il n'y a pas que le Rafale, et c'est toute l'aéronautique indienne qui devrait en profiter. On pensera ici particulièrement au programme de chasseur Tejas qui est encore largement perfectible.

Quoiqu'il en soit, la coopération franco-indienne qui fait suite au contrat Rafale ne fait que commencer.


Dassault Falcon Services lancée en octobre


Après Thales et son campus (à deux pas), Dassault Aviation agrandit ses installations à Mérignac avec Dassault Falcon Service (DFS), son centre de maintenance dédié à ses business jets Falcon 7X et F8X.

Ces nouveaux hangars représentent un investissement de 20 millions d’euros, le site dans sa globalité couvre 11 000 m², ce qui permettra de prendre en charge simultanément 6 Falcon. On attend sur ce site près de 75 personnes d’ici 2018, avec une forte emprunte d'Aérocampus Aquitaine, qui s'est engagé dans la formation et l’apprentissage des futurs recrues.

Et pour appuyer sur le fait que ce début d'automne est vraiment décisif pour le groupe, notons que le Falcon 8X, nouveau "navire amiral" de la gamme - principalement en raison de sa taille très importante - était ce mercredi livré à son premier client historique.


Images: Dassault Aviation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire