vendredi 28 octobre 2016

Le Député Jean-François Lamour s'inquiète de l'avenir de Renault Trucks Defense


Plutôt en pointe sur les problématiques de défense en cette seconde partie de quinquennat, le député de l'opposition Jean-François Lamour s'est inquiété cette semaine que le groupe suédois Volvo puisse lâcher à moyen terme le français Renault Trucks Defense. Une entreprise dont les programmes en cours s'avèrent déterminants pour l'Armée de terre et les forces spéciales. 

Après s'être récemment inquiété de la vente par le coréen STX des chantiers navals de Saint-nazaire, c'est autour du cas de Renault Trucks Défense d'attirer l'attention du député Jean-François Lamour (LR, 13ème circo de Paris).
Il évoque dans une "question au gouvernement" l'éventualité que le groupe Volvo puisse se séparer de RTD, dans un contexte ou le repreneur naturel, à savoir le français Nexter, est déjà engagé lui dans une fusion avec l'allemand KMW.

Et si je l'évoque ici, c'est parce que RTD produit à Limoges en région Nouvelle Aquitaine quelques matériels particulièrement importants pour le futur proche des armées françaises, comme les VAB Ultima, les 4x4 blindés Sherpa destinés aux forces spéciales, et surtout bientôt le griffon, nouveau véhicule de transport de troupes de l'Armée de terre. A ce jour, on n'en a vu qu'une maquette à échelle 1/1.

Sur le blog: C'est le Sherpa Light de RTD qui guidera les forces spéciales



Le Sherpa de RTD à Eurosatory 2016 (c) Andy Piper

Question écrite posée par JF Lamour au ministre de la Défense, s’agissant de l’avenir de Renault Trucks Défense:

Jean-François Lamour attire l’attention du ministre de la Défense sur l’avenir de l’entreprise Renault Trucks Défense. Dans le cadre d’une revue générale de sa stratégie, le groupe Volvo pourrait se séparer de l’entreprise Renault Trucks, dont la filiale basée en France Renault Trucks Défense (RTD) équipe l’armée de Terre française en véhicules de l’avant blindé et participe au programme Griffon de renouvellement de ses véhicules ainsi qu’à la construction du Sherpa des forces spéciales. Un rapprochement entre RTD et Nexter a déjà été envisagé par le passé. Cependant, le nouveau contexte du processus de fusion entre Nexter et l’allemand Krauss Maffei-Wegmann appelle le Gouvernement à se positionner sur les conséquences d’un hypothétique rachat de RTD en termes de maintien sur le territoire français de notre base industrielle et technologique de défense. Il lui demande quelle sera la politique de l’État, actionnaire à 100% de Nexter, pour préserver les compétences et savoir-faire de cet acteur majeur de la Défense terrestre qu’est RTD. 

La question écrite au gouvernement, dans sa formule moderne, rencontrant un très grand succès (20 066 en 2015) voit son délai moyen de réponse s’établir à 180 jours environ... Le taux global de réponse restant constant, se situant à environ 70 %.

Il faudra donc être un peu patient avant de connaître la réponse du Ministre, mais en se fiant aux réponses précédentes - orales ou écrites - sur ce sujet, comme pour Saint Nazaire (cas où la question du député était orale, et donc en séance), l'Etat se montre généralement rassurant sur sa volonté de garantir la sacro-sainte indépendance stratégique de la France.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire