vendredi 4 novembre 2016

Volvo compte bien se séparer de Renault Trucks Defense


Le groupe Volvo a ce 4 novembre diffusé un communiqué pour confirmer ce qui était pressenti depuis quelques semaines, à savoir sa volonté de se séparer de ses activité défense, et donc du français Renault Trucks Defense.

Photo: le SHERPA conçu par Renault Trucks defense. © Maxppp - Arnaud Beinat


La rumeur était donc justifiée. Le groupe suédois Volvo annonce ce matin qu'il compte vendre ses activités "Govermental Sales Business", à savoir ses activités de conception et production de véhicules destinés au secteur de la défense. Plusieurs filiales sont concernées: le français Renault Trucks Defense donc, le fabricant de blindés américains Mack Defense, l’australien VGGS Océanie et l'équipementier suédois Volvo Defense.

La principale raison invoquée est la part minimale que représentent les activités de défense pour le groupe, soit 1,5% du CA seulement. Volvo louant en même temps le fort potentiel de cette branche.

Communiqué (en anglais) de Volvo Group le 4 novembre:

Volvo Group has conducted a strategic review of the Governmental Sales business area and intends to initiate a process to divest this business. 
“Governmental Sales has built a very strong position over the last few years with a positive development and a record order book. There are great opportunities to grow the business even further, however, we believe that a new owner may be better placed to take the business to the next level. Consequently, we intend to start preparations to divest the business,” says Jan Gurander, Deputy CEO and CFO at Volvo Group.
Governmental Sales is a part of Volvo Group’s operations and its sales correspond to approximately 1.5% of total sales. The business, which has about 1,300 employees, most of whom are in France, manufactures and sells specially designed vehicles to governments, the defense industry, peacekeeping forces and aid organizations. 
The initiation of a divestment process is subject to the finalization of mandatory consultations with staff representative bodies.



Volvo possédait RTD depuis 2001 et son rachat au groupe... Renault. Et RTD est une entreprise qui va plutôt bien (je vous laisse le soin de consulter sur le blog ses récents succès) et réalise environ 500 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel.
En terme de ressources humaines, RTD, ce sont 1 300 salariés, trois marques en France (RTD, Acmat, Panhard), 5 usines de production (Limoges, Fourchambault, Saint-Nazaire, Marolles-en-Hurepoix et Saint-Germain-Laval), et 2 centres dédiés à la R&D (Versailles et Lyon.).
Et maintenant ? C'était l'inquiétude du député JF Lamour la semaine passée, qui va donc reprendre RTD et ses activités stratégiques pour l'armée française ? La piste naturelle incarnée par Nexter étant bouchée par la fusion en cours de ce dernier avec l'allemand KMW... On parle de Thales Group.

Mais en tout état de cause, il faut s'attendre à ce que la pression politique soit importante afin de favoriser un repreneur français.


1 commentaire:

  1. La marque Volvo détenu par un chinois, le groupe Volvo qui ne fait plus de voitures mais des camions et engins spéciaux, Renault Trucks qui n'est pas Renault, gros soupir.

    Comment voulez vous que l'on s'y retrouve avec ses fusions acquisitions à gogo ?

    RépondreSupprimer