jeudi 23 février 2017

Des chercheurs bordelais impliqués dans les découvertes sur TRAPPIST-1



L'information ne passe pas inaperçue, et pour cause ! Une équipe internationale emmenée par des chercheurs belges de l’université de Liège ont annoncé la découverte, mercredi 22 février, dans la revue Nature, de 7 exoplanètes à même d'accueillir la vie, et ce dans un même système, autour de l'étoile naine "Trappist-1", à 39 années-lumières de chez nous.

La NASA avait une nouvelle fois - c'est sa politique désormais - annoncé une grande découverte pour ce 22 février. Une découverte concernant selon les rumeurs la recherche sur la vie extra-terrestre. La réponse s'est incarnée à travers la parution dans la prestigieuse revue "Nature" d'une étude internationale identifiant grâce au, télescope spatial Spitzer de la NASA, pas moins de 7 exoplanètes gravitant autour de l'étoile naine "Trappist-1".

Si tout cela est chapeauté par la NASA, les chercheurs ayant mené cette étude sont en majorité européens et viennent notamment, en ce qui concerne les français, du CNRS, du CEA. Surtout, on aura remarqué sur Pax Aquitania que les recherches ont été en partie conduites au Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux par trois scientifiques.


Le groupe de chercheurs a employé un télescope spécifiquement conçu pour cette mission au Chili et nommé "Trappist" (Transiting Planets and PlanetesImals Small Telescope). Mais ce n'est pas tout, les études ont nécessité un véritable tour du monde avec des outils au Maroc, aux Canaries, à Hawaï et en Afrique du Sud.


Sur les 7 exoplanètes, 3 sont dans une zone habitable, à la distance nécessaire de leur étoile pour que leurs températures moyennes soient proches de celles de la Terre. Elles présentent donc des conditions compatibles avec la présence d'eau liquide en surface. En théorie, la vie y est possible. La vie humaine, c'est moins probable !

Alors évidemment, même si cela peut faire rêver (voir l'affiche très "SF" fournie par la NASA qui décidément maîtrise très bien sa com' depuis quelques temps), le système Trappist-1 n'est pas encore notre prochain lieu de vacances, cependant la découverte est assez remarquable et fera date.
Comme le précise Franck Selsis, chercheur au Laboratoire d’astrophysique de Bordeaux (CNRS) et cosignataire de l’article, « ce n’est pas la première fois que l’on trouve un système planétaire avec sept planètes, mais c’est la première fois que les sept planètes en question sont toutes rocheuses ».

Trappist-1 est située dans la constellation du Verseau à 39 années-lumière de notre propre étoile, le soleil. A l'échelle de la galaxie, c'est la porte à côté. A l'échelle de l'espèce humaine en revanche...
C'est une "naine ultra-froide", dont la masse représente 8 % de celle du Soleil et dont le rayon équivaudrait -seulement - à celui de Jupiter.

Evidemment, la chance que ces planètes soient habitables est extrêmement mince et il reviendra désormais aux télescopes spatiaux dernières générations, comme le futur "James Webb Telescope", de nous en dire plus sur le système Trappist-1: présence d'eau, liquide ou non, d'une atmosphère, exposition aux radiations solaires, etc...

Quoiqu'il en soit, chaque année qui passe sur Terre, ce sont des dizaines d’exoplanètes qui sont découvertes par les chercheurs du monde entier, nous permettant d'en apprendre toujours plus sur notre "voisinage" stellaire.  Jusqu'à la perle rare ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire