lundi 13 février 2017

Le dernier pilote vétéran du "Normandie-Niemen" s'en est allé


Le colonel Gael Taburet est mort ce vendredi 10 février à l'âge de 97 ans. Il était le dernier pilote encore en vie du "Normandie-Niemen", ce célèbre régiment français ayant combattu sur le front de l'est durant la Seconde Guerre Mondiale.

Sur la photo un Yak-3 (avion russe utilisé à l'époque), un Rafale de l'escadron 2/30, ainsi qu'un Rafale décoré aux couleurs du Normandie-Niemen à occasion des 70 ans de la création du régiment en 2012.

De nouveau, le "Neu Neu" (surnom du Normandie Niemen") pleure l'un des siens. Gael Taburet est décédé ce vendredi sur la Côte d'Azur. 
Né le 12 novembre 1919 à Messac en Ille et Vilaine, Gaël Taburet s’engage à 18 ans dans l’armée de l’air et est reçu à l’école d’Ambérieu où il est breveté pilote le 13 avril 1939. Après des affectations au GT I/15 et GT III/15, il rejoint la Groupe de Chasse Normandie sur le front russe le 3 avril 1944. 

Valeureux pilote de la troisième escadrille, il abat son premier avion le 26 juin et termine la guerre avec six victoires dont une probable. Fidèle, il reste au sein du Normandie-Niemen qu’il suit en Indochine où il occupe le poste de chef des opérations.

Après deux années passées dans les forces françaises en Allemagne, il part en opération en Algérie en octobre 1960 et est affecté dès son retour en France, deux ans plus tard, au poste de Commandant de la base aérienne d’Orange.
Mis à la retraite en mars 1963 au grade de colonel, Gaël Taburet devient directeur de l’action régionale de l’institut de contrôle et de gestion.


Le Normandie-Niemen, ou "Neu-Neu" est connu pour avoir été le régiment d'aviation français qui a combattu sur le front de l'est au côté des russes à partir de 1942.
Le Général De Gaulle considère alors comme important que des soldats français - comprendre de la France Libre - soient présents sur tous les fronts. En lieu et place d'une division mécanisée, c'est une une unité aérienne qui est envoyée en URSS.

Sur les 99 aviateurs que comptera ce régiment durant la guerre, 42 mourront au combat. 

Au delà des aléas diplomatiques (et ils furent nombreux de 1945 à aujourd'hui), l'héritage du Neu-Neu est toujours vif au sein des forces aériennes françaises comme russes...

Commandeur de la Légion d'Honneur, Gaël Taburet est aussi titulaire de la Croix de Guerre 1939-1945, de la Croix de Guerre TOE, de la Croix de la Valeur Militaire, l'Ordre du Drapeau Rouge, de l'Ordre de l'Etoile Rouge, de l'Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie, de la Médaille de la prise de Koenisberg, et de la médaille de la Victoire.

Ses obsèques sont prévues le 22 février en fin de matinée au Crématorium de Cannes. Le dernier acteur - et donc témoin - du Normandie Niemen est désormais le mécanicien André Peyronie.

Le régiment lui, continue de vivre à travers l'escadron du même nom (réactivé en 2012) basé à Mont-de-Marsan. Les Rafale ont certes remplacé les Yak-3, mais on n'y demeure bien conscient du poids de l'Histoire. Le "Neu Neu" fêtera d'ailleurs ses 75 ans cette année.

Gaël Taburet, avec notamment l'ambassadeur de Russie Alexandre Orlov en 2015. (Photo : DR)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire