mercredi 15 février 2017

Vers un duel F-18 vs Rafale pour l’aéronavale indienne


Alors que se déroule ces jours-ci le salon aéronautique Aero India, le pays hôte, les déclarations se succèdent concernant les prochains achats potentiels de chasseurs. Aujourd'hui, c'est l'aéronavale qui est mise en avant. Selon les propos du ministre de la défense Manohar Parrikar, la marine indienne a besoin d'un avion bimoteur. Ce qui restreint ses choix à deux appareils.

Rafale en Inde, deuxième round. Après avoir signé en 2016 pour 36 chasseurs de Dassault Aviation, l'Inde, plus gros importateur mondial d'armement (14% du marché en 2015), n'en a pas fini avec le renouvellement de ses forces aériennes.

Aussi, New Delhi a émis ce 17 janvier une demande d’informations dans le cadre d’un programme "Multi Role Carrier Borne Fighters" (MRCBF), qui représenterait pas moins de  57 avions de combat pour son aéronavale.
On parle ici d'un avion moderne et surtout multirôle. Il devra pouvoir être mis en oeuvre depuis un porte-avions STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery) ou CATOBAR (Catapult Assisted Take-Off Barrier Arrested Recovery). Dans ce dernier cas, il s'agit justement de la configuration du porte-avions français Charles de Gaulle. Et rappelez vous, on avait déjà évoqué cette similitude sur Pax Aquitania à l'été 2015.

Parmi les candidats, on retrouve donc les grands classiques: exit les MIG russes, et le Tejas indien, décidément pas au point, ce qui nous laissait avec quatre appareils que sont le Rafale (Dassault Aviation) et le F-18 (Boeing), désormais rompus aux opérations aéronavales dans la Marine Nationale et l'US Navy, ainsi que le F-35C (Lockheed Martin)et le Gripen suédois (Saab).
Saab qui fait justement beaucoup d'efforts (lire ICI et ICI) afin de séduire les indiens qui se cherchent un monomoteur.

Seulement voilà, un célèbre site spécialisé indien nous relayait hier les propos du ministre de la défense Manohar Parrikar: l'aéronavale veut un bimoteur !


Un duel entre bimoteurs


Suite à cette déclaration, deux candidats s'échappent donc en tête: notre Rafale Marine et le FA-18 Super Hornet américain. Et ce dernier, malgré son âge, ne saurait être sous-estimé quand on sait qu'il existe dans les cartons un important plan de modernisation.
Autre argument, les américains pourraient tenter de jouer la carte du "Make In India" en installant la production sur place. Enfin ça, c'est une hypothèse incertaine depuis l'élection de Donald Trump et son "America First"...

Lire sur le blog: Le FA-18 Super Hornet s'offre une seconde jeunesse


Côté français, on travaille, toujours, dans le but d'implanter durablement et solidement l'écosystème Rafale au sens large - y compris l'armement donc - en Inde. Même la formation professionnelle est comprise dans ces grandes manœuvres.

On n'oubliera pas non plus de remarquer une information passée quelque peu inaperçue le mois dernier: l'Inde et la France ont signé le 19 janvier un accord de coopération maritime dans l'Océan Indien. Un accord qui évoque la sécurité régionale et le partage d'informations entre les marines des deux pays.

Avec un rapide - et optimiste - calcul, on arrive à environ une centaine de Rafale. Des Rafale Marine donc, ainsi que 36 Rafale supplémentaires (au moins) pour l'armée de l'air, une hypothèse que l'on entend murmurer de plus en plus fréquemment en haut lieu sur place.

En tout cas, on ne pourra pas reprocher à la "Team Rafale", Dassault en tête, de ne pas s'investir chez notre si cher partenaire indien.


2 commentaires:

  1. d'abord le F18 n'a pas le niveau du rafale, le rafale c'est un F18 avec des carateristique du f35, ce que Trump demande pour le vieux F18 qui a près 40 ans de bons et loyaux service, il approche de la fin de son architecture et de sa vie. Ensuite les USA a imposé plusieurs embargo à l'Inde, généralement c'est mort politiquement, Pour finir les USA aide l'ennemi de l'inde, le Pakistan, ils vendent des F16, pretent de l'argent, fournissent de la logistique. ca fait beaucoup, a moins que les indiens soient masochistes, mais ils ne sont pas considérées comme des alliès, mais comme un pays proche de la russie, au mieux le F18 fera le lièvre. Dernier point, safran fini le moteur kaveri, il sera pour le tejas mk1, voir mk2, voir naval, ce qui va tuer les chances du f16 et le gripen. Dassault joue une très belle partie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne sous-estimons pas les USA : grande nation industrielle à tout point de vue .... travaillons les aspects techniques, commerciaux, marketing, financières, etc .....

      Supprimer