vendredi 31 mars 2017

#SOFINS Indéniable réussite pour le salon des forces spéciales


L'édition 2017 du Special Operations Forces Innovation Network Seminar, ou SOFINS, s'est parfaitement déroulée du 28 au 30 mars sur le camp de Souge près de Bordeaux. Au cœur même de l'écosystème des forces spéciales, les entreprises et opérationnelles ont pu travailler leurs synergies au service de l'innovation/

Après deux éditions 2013 et 2015 remarquées et surtout réussies, le SOFINS revenait cette année avec des ambitions nouvelles. D'autant plus qu'entre temps, la donne a changé, les budgets équipement sont annoncés à la hausse, et jamais les forces spéciales françaises n'ont été autant sollicitées.

Inauguré mardi par la Présidente de la commission défense de l'Assemblée Nationale, Patricia Adam, qui plus est accompagnée par la Députée Marie Récalde, Députée de la circonscription girondine qui accueille le salon (et que l'on pouvait croiser dans les allées pendant ces 3 jours), SOFINS 2017 réunissait environ 250 exposants... et autant de stands ! Un jour ne suffisait donc pas pour en faire le tour.

Sur le blog: Du beau monde parmi les exposants



SOFINS se veut être le lieu de prédilection pour créer des synergies, et donc des solutions innovantes qui bénéficieront directement aux hommes sur le terrain. Citons ici trois exemples.

Chez la PME Shark Robotics dont le siège est à Paris, mais les ateliers à La Rochelle. Elle présentait sur le stand de la région Nouvelle Aquitaine 3 produits, des robots chenillés capables de s'aventurer en zone hostile. Il s'agit d'Atrax, Colossus, et Rhyno, en images ci-dessous.
Le Colossus (le rouge) par exemple, est un robot de soutien technique polyvalent destiné à intervenir en priorité dans des zones à risque.Il peut recevoir facilement de nombreuses options. Il a été choisi par la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris pour assister les équipes d’interventions.

L'avantage d'une structure comme Shark Robotics, c'est qu'elle avance à 100% dans le sens du client. C'est un leitmotiv sur le SOFINS, travailler avec les forces spéciales, c'est être prêt à partir d'une page blanche, en étant à l'écoute des besoins très précis.
Là où la société (appelons ça une start-up) apporte sa plus value, c'est bien sûr sur sa capacité d'innovation constante et rapide. Shark Robotics exposait d'ailleurs une étonnante boule bardée de LED capable d’éblouir tous les occupants d'une pièce. Presque de la science-fiction !


Un détour chez Thales Group, qui en tant que champion industriel, possédait un stand plus spacieux que la moyenne sur le salon. On y trouvait entre autres le système AMASCOS, qui équipera les vecteurs ISR (renseignement) de nos armées, dont les deux (ou trois) futurs Beechcraft espions annoncés l'an passé. Ces petits avions sont achetés au constructeur dans leur version commerciale, et Thalès se charge de les équiper.

L'interface radar AMASCOS de Thales était présentée au SOFINS - Photo Thales Group

AMASCOS, présenté dans sa version légère, permet une surveillance terrestre et maritime, facilement intégrable sur des gros avions de surveillance comme sur des appareils très légers. 
Selon les informations du constructeur, il comprend une console, un radar et un FLIR (technologie utilisant les rayons infrarouges, ce qui permet de visualiser son environnement sans être vu). Tout le système est conçu pour être le plus intuitif possible, avec des écrans tactiles et des menus/sous-menus facilement accessibles.


Et les petites structures ne sont pas les seules à voir leur travail bénéficier des synergies offertes par le salon, puisque s'agissant du SAIM (système d'aide à l'interprétation multicapteurs) de Thales Group, on me confiait que des adaptations avaient pu, grâce à un produit découvert sur un stand à quelques mètres de là, être réalisées en quelques minutes seulement... et testées, avec réussite... et montrées dans la foulée sur le stand. Qui dit mieux ?

CQB ModulMaze simulation: “Special Tasks and Rescue Ops (STAROPs II)” simulation package - Asterion VR

Enfin, un stand qui déclenchait l'étonnement du public dans les travées. La société rennaise Asterion VR avait en effet monté un véritable labyrinthe dans lequel on pouvait s'exercer au CQB (close quarter combat), le tout équipé d'une arme factice... et d'un casque de réalité virtuelle (un HTC Vive me semble t-il) ! Le but, reproduire les sensations du réel, car il faut savoir qu'avec la réalité virtuelle, le cerveau est rapidement mystifié. Certains doivent déjà imaginer l'économie potentielle de munitions !


Je ne cite ici que trois exemples, mais vous invite à en découvrir d'autres dans différents articles parus dans la presse généraliste ou spécialisée. ICI (Le Monde), ICI (RFI), ICI (France 3) ou encore ICI (Libération). 
Il y avait sur le salon vous le devinez, énormément d'offres d'armements et équipements individuels notamment.

Parmi les équipements exposés, la star était indéniablement le couple VLFS/PLFS de Renault Trucks Defence. Vous pouvez admirer en Une de cet article la base du PLFS, le Sherpa Light (avec de nombreux postes de tir, incluant un lance-missile). Pas de photos autorisées pour le "Véhicule léger des FS", qui bien que largement moins armé, offrait lui une silhouette plus sexy.

Évoquons les démonstrations enfin. Des équipements d'abord, avec le Titus de Nexter, où la "voiturette" autonome (ou pilotée à distance) de Safran, l' eRider
Les démonstrations dynamiques de forces spéciales ensuite, le clou du spectacle ! Avec pour L'une d'entre elles avaient d'ailleurs lieu à la nuit tombante, ce mardi soir.

Sur le blog: Déroulé d'une démonstration dynamique des forces spéciales



On regrettera simplement l'absence des marins qui avaient pu offrir une démo en 2015 sur les eaux du bassin d'Arcachon.

Et comme l'a conclu Benoît de Saint-Sernin, président du Cercle de l'arbalète et organisateur de l'événement, devant Alain Juppé (Maire de Bordeaux vous le savez, mais aussi président de la Métropole): "Rendez vous- en 2019 !"
A Bordeaux ? On l’espère !


L'hélicoptère Tigre (avec devant lui la roquette guidée de TDA), le marteau des forces spéciales.


Polyvalent, ravitaillable en vol, le Caracal est un véritable couteau-suisse.

On pouvait faire un tour à bord du Titus de Nexter, un mastodonte destiné aux forces d'intervention.



Centigon propose des véhicules commerciaux entièrement (blindage, équipement tactiques) adaptés aux forces spéciales.

Le missile moyenne portée (MMP) de MBDA devrait arrivé dans les forces cette année.

CAE Aviation fournit des moyens ISR... à la DGSE notamment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire