mardi 2 mai 2017

La force Barkhane frappe fort dans le sud du Mali


Samedi 29 avril, la Force française Barkhane a mené une mission de grande envergure dans le sud du Mali, frappant durement les djihadistes basés dans la région de la forêt Foulsaré. Une "frappe" de choc qui a fait 20 victimes dans les rangs des groupes armés terroristes.

Photo publiée avec le communiqué de l'Etat-Major des armées. Un groupement de commandos de montagne embarque à bord d'un NH90.

Quelques éléments de chronologie. Mercredi 5 avril, le caporal-chef Barbé trouvait la mort au Mali, près de la frontière burkinabaise, après qu'une patrouille eut été touchée par un engin explosif, et que la compagnie du génie alors dépêchée sur les lieux fut attaquée par surprise. C'était le 19e soldat français tué au Mali depuis 2013.

1300 soldats et 200 véhicules français menaient alors une mission de reconnaissance et de contrôle de zone, l’opération Panga. La ciblele groupe djihadiste Ansarul Islam qui oeuvre dans cette région.
Et le travail de reconnaissance a semble t-il porté ses fruits. Ce week-end du 29 avril, avant même le communiqué français officialisant cette opération, des rumeurs venant de la presse locale faisaient l'écho d'une impressionnante opération militaire autour de la forêt de Foulsaré au Mali.

En effet, l'opération Bayard (c'est son nom) a été lancée par les français dans le but de démanteler cette cellule djihadiste qui représentait un danger certain. .

Ce qui surprendrait presque, c'est la débauche de moyens. Bien consciente du danger, l'armée française a pris toutes les précautions nécessaires en agissant avec force samedi. Deux Mirage 2000 (du plot chasse de Niamey au Niger) ont d'abord réalisé des frappes aériennes contre des positions djihadistes. Puis vint l'assaut héliporté avec deux hélicoptères Tigre et des NH-90 Caïman . Ces derniers ont déposé sur zone les hommes des groupes de commandos de montagne (que l'on voit par ailleurs souvent agir au Sahel).

Le bilan est conséquent: 20 membre du "groupe armé terroriste" tués, des saisies d'armements, de munitions, ou composants d’engins explosifs improvisés.
Selon l'EMA, « Cette opération conduite dans la forêt de Foulsaré, considérée depuis quelques temps comme une zone refuge et d’influence des terroristes, vient concrétiser les efforts conduits avec les forces maliennes et burkinabées pour lutter contre les réseaux des groupes armés terroristes qui agissent dans ce secteur ».

Alors Barkhane, toujours une opération de basse intensité ?


BONUS


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire