mardi 29 mai 2018

Serge Dassault décède à 93 ans


La grande famille Dassault est en deuil après le décès hier à 93 ans, de Serge Dassault, fils du fondateur de cette dynastie industrielle française. Homme politique, Serge Dassault était bien sûr avant ça Directeur général du Groupe Dassault et ancien Président-Directeur général de Dassault Aviation.

Photo: Dassault Aviation, Salon du Bourget 2017


C'est dire si le monde de la défense sait ce qu'il doit à la famille Dassault. Après le décès lundi 28 mai 2018 de Serge Dassault, fils de Marcel Bloch, devenu Dassault après la guerre, le Ministère des Armées salue via un communiqué la mémoire d'un "grand capitaine d'industrie". 

Eléments de biographie (source: Dassault Aviation): Diplômé de I’École Polytechnique et de I’École Nationale Supérieure de l’Aéronautique, Serge Dassault entre au bureau d’études de la Générale Aéronautique Marcel Dassault en 1951. En 1955, il prend la direction des Essais en vol et, à ce titre, supervise la mise au point de nombreux avions militaires (Super Mystère B2, Étendard, Mirage III et Mirage IV). Nommé ensuite directeur de I’exportation, il pilote les négociations qui aboutissent à la vente des Mirage III à la Suisse et à l’Australie. Serge Dassault lance également la campagne de vente des Mystère 20 aux États-Unis. Le civil prendra alors son envol au sein de l'entreprise, pour y devenir majoritaire dans le chiffre d'affaires.

En 1963, il prend la direction de la société Électronique Marcel Dassault dont il est nommé Président-Directeur général le 10 octobre 1967. Il exerce ces fonctions jusqu’au 23 décembre 1986.
Du 29 octobre 1986 au 4 avril 2000, Serge Dassault est Président-Directeur général de la Société des Avions Marcel Dassault – Breguet Aviation (devenue Dassault Aviation en 1990) avant d’en devenir le Président d’honneur. Depuis le 2 décembre 1987, Serge Dassault est également Président-Directeur général de Dassault Industries, devenu le Groupe Industriel Marcel Dassault le 1er janvier 2000.

C’est sous sa présidence que des produits innovants, correspondant aux nouveaux besoins des clients, voient le jour : Super-Étendard modernisé, Mirage 2000-5, Mirage 2000D et Rafale pour les avions militaires ; Falcon 2000, Falcon 900EX, Falcon 50EX, Falcon 900C et Falcon multirôles pour les avions d’affaires.

Il préside le GIFAS de 1993 à 1997. En parallèle, il est président du Conseil des Industries de Défense (CIDEF) entre 1994 et 1996, et vice-président de l’Association Européenne des Constructeurs de Matériels Aéronautiques (AECMA) de 1994 à 1997.


Passionné de politique, domaine qui verra naître sa deuxième carrière alors qu'il laissera le groupe aux mains de Charles Edelstenne en 2000, Serge Dassault n'aura, contrairement à certaines idées bien ancrées, pas reçu de cadeaux de la part de son illustre père Marcel (voir le documentaire en lien ci-dessus). Il aura su s'imposer au sein du groupe familial, tout en étant un acteur clé, visionnaire même, de la modernisation chez Dassault Aviation. Une véritable révolution industrielle à la fin des années 90 qui verra la société passer dans une ère ultra-moderne grâce à l'informatique et à la robotique notamment (on pense bien sûr à CATIA)... et ainsi demeurer l'une des grandes entreprises garantes de l'indépendance stratégique française. Hier, aujourd'hui, comme demain.

Sénateur de l'Essone entre 2004 et 2017, il devient propriétaire du Figaro la même année (2004), et  l'actionnaire de référence de Thales à hauteur de 26% en 2009. Un dernier placement plutôt judicieux.

Le groupe Dassault lui rend hommage ICI.

Dans le bordelais bien sûr, cœur de l'activité industriel de Dassault Aviation, on sait également ce qu'on doit à cette famille.

C'est Charles Edelstenne qui succède à Serge Dassault à la présidence du groupe Dassault, qui détient les trois-quart des droits de vote dans Dassault Aviation (dont le PDG actuel est Eric Trappier). L'autonomie stratégique aura d'ailleurs été un leitmotiv durant toute la vie de dirigeant de Serge Dassault. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire