vendredi 27 novembre 2020

Un laser anti-drone testé avec succès au Centre d'essais des Landes


Avec l'accompagnement de la DGA et de l'Agence pour l'Innovation de Défense, Cilas, filiale de d'Ariane Group, a développé une arme laser capable de détruire drones et mini drones à un kilomètre de distance. Elle vient d'effectuer avec réussite une campagne de tir à Biscarrosse.

Image ci-dessus: l'effecteur laser HELMA-P. © Cilas


Grosse activité du centre d'essais des Landes de la DGA ces dernières semaines, avec encore une fois, une première. À la mi-octobre, se sont déroulés les premiers tests de l'effecteur laser HELMA-P développé par CILAS (Compagnie industrielle des lasers), filiale d'ArianeGroup. Avec succès, puisque pour la première fois en France, un laser a détruit un drone en vol.

Si la lutte anti-drone prend toute l'attention des armées (et forces de sécurité) depuis plusieurs années déjà - notamment depuis les combats contre Daesh - le récent conflit armé entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie a accentué toutes les inquiétudes. Qu'oppose en effet la France face aux drones de petites tailles ou munitions rodeuses ?
Une partie de la réponse pourrait venir d'Helma-P, un effecteur laser qui a réussi lors des essais de tir menés cet automne à neutraliser plusieurs drones en quelques secondes après les avoir détectés volant à une distance d'un kilomètre.



Ariane Group qualifie l'innovation de rupture technologique, ou "solution de neutralisation ultime". Dans son communiqué, sa filiale Cilas précise que "HELMA-P a convaincu dès les premiers coups par sa précision, son efficacité et sa capacité à neutraliser des cibles en vol jusqu'à un kilomètre de distance en quelques secondes. Tous les tirs détruisaient systématiquement les drones capables d'atteindre des vitesses supérieures à 50 km / h et dans des conditions difficiles de poursuite de cibles".

Les tests vont continuer afin de préciser les capacités du laser, en ce qui concerne sa portée effective dans diverses conditions, et selon plusieurs scénarios opérationnels. 
De plus, il s'agira aussi de faire face à des tirs de roquettes, d'artillerie ou de mortier. Le dispositif vise tant à détruire un explosif qu'à neutraliser les composants électroniques du projectile ou aéronef. 

Si une version fixe du dispositif a été mise au point pour la surveillance de sites sensibles, on imagine déjà l'intégration d'Helma-P sur des véhicules comme ceux du programme Scorpion. 


1 commentaire:

  1. Une société française sur un produit qui avait de l'avenir et un secteur porteur? Vendez moi tout ça!
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/cilas-arianegroup-areva-une-vente-sous-tres-tres-haute-surveillance-858913.html

    RépondreSupprimer