vendredi 9 avril 2021

Pari impossible pour le Rafale en Ukraine


La France compterait proposer le Rafale dans le marché de renouvellement de la chasse ukrainienne. Une ambition qui semble compliquée à réaliser dans un contexte stratégique très tendu qui favorise largement les matériels américains. 


La crise ukrainienne a déjà par le passé impacté les contrats d'armement français, lorsque François Hollande annulait en 2014 la vente des navires Mistral à la Russie. Une mesure de rétorsion après l'invasion de la Crimée. 

Nouvel épisode en vue avec l'information largement diffusée il y a une dizaine de jours. La France tenterait de placer le Rafale en Ukraine, Kiev devant remplacer sa flotte de chasseurs d'origine soviétique, constituée de Mig-29, Su-24, Su-25 et Su-27. Ce plan « Air Force Vision 2035 » représenterait un marché de 30 à 45 appareils, pour 7,5 milliards d’euros.
Selon plusieurs sources, ce marché pourrait intéresser les Américains bien sûr, mais également les Suédois avec le Gripen de Saab, et les Français avec le Rafale de Dassault Aviation.

Alors le Rafale a t'il ses chances ? Oui selon l'Elysée, qui voit en Ukraine un créneau pour l'offre française, moins marquée "OTAN" que l'offre américaine probablement constituée de F-16v et F-18. 

Car la géopolitique s'en mêle, effectivement.

On peut affirmer sans ciller qu'un bon pourcentage des marchés d'armement - et particulièrement les chasseurs - sont conclus dans un cadre plus politique qu'opérationnel. A moins que cela serve simultanément ce double-objectif, comme c'est le cas du Rafale en Grèce, qui fait pour cette dernière à la fois office de mesure de réassurance, et de gain capacitaire. 
Et on ne le sait que trop bien en France, l'Europe de l'Est demeure la chasse gardée des Américains (cf les affaires polonaises).

Dans notre cas ukrainien, tous les feux sont rouges en l'occurrence. Le contexte est extrêmement tendu ces dernières semaines, à coup de manœuvres militaires aux frontières du Donbass sécessionniste. Les dirigeants à Kiev jouent pleinement la carte du rapprochement avec Washington et l'OTAN (dont elle n'est pas membre rappelons le !).

Enfin il y a aussi le problème des garanties financières, que Paris devrait assumer, comme c'est souvent le cas avec ce type de client "fragile".

Vous l'aurez compris, il ne semble pas y avoir la place pour autre partenaire que les Etats-Unis en Ukraine. La France y a certes déjà remporté des marchés de défense, mais pas d'une telle ampleur. De plus, Washington y veillera d'une part, afin d'y garantir ses marchés quasiment "captifs". Et d'autre part, Kiev semble obstinée à suivre cette voie atlantiste, et donc à ne pas emprunter celle d'un partenariat avec la France, partenariat probablement plus mesuré face à Moscou.

En conclusion, mettons d'ores et déjà une pièce sur la vente du F-16 Viper en Ukraine. 


4 commentaires:

  1. Vendre des Rafale en Ukraine serait un marqueur de notre alignement sans discernement sur la politique otanienne inspirée et initiée par un fort sentiment antirusse de la part des US. Tous les projets d’Europe de la défense se heurtent à la volonté des Etats-Unis de faire de l’Europe, non pas un allié mais un supplétif qu’il convient de renforcer, à condition qu’elle applique sa politique d’hostilité envers la Russie. Une Europe de l’Atlantique à l’Oural serait bien trop puissante et menacerait le leadership des EU, qui est déjà ébranlée par la puissance chinoise. En aucun cas oncle Sam ne voudra d’une Europe forte et en paix avec la Russie et l’OTAN en Europe en est son instrument.

    Recréer une guerre froide en Europe (qui du point de vue de Poutine n’a jamais cessée) est l’assurance survie des EU. La France si elle veut contrebalancer cet aggiornamento devrait faire en sorte de reconquérir sa souveraineté. https://www.athena-vostok.com/le-paneuropeanisme-lotan-le-nucleaire-et-le-velocipediste-2

    RépondreSupprimer
  2. Un essai de la France de tenter d'y limiter l'influence turque?
    https://theatrum-belli.com/moteurs-de-drones-bruits-de-bottes-et-note-du-gaz-regards-sur-quelques-non-dits-de-la-crise-en-ukraine/

    RépondreSupprimer
  3. La question de la solvabilité de l'Ukraine se pose quand même:
    https://www.air-cosmos.com/article/l-ukraine-peut-elle-soffrir-de-nouveaux-appareils-de-combat-24683

    RépondreSupprimer
  4. L'OTAN, autrement dit les États-Unis s'y comportent comme chez eux:
    https://air-cosmos.com/article/ukraine-lotan-conseille-la-restructuration-de-la-bitd-24768

    Interdisant aux chinois, autorisant les turcs, tolérant les pakistanais...
    https://www.air-cosmos.com/article/kiev-nationalise-motor-sich-pour-gner-pkin-24400

    https://www.meta-defense.fr/2021/04/15/lindustrie-turque-pourrait-acquerir-50-du-motoriste-ukrainien-motor-sich/

    https://blablachars.blogspot.com/2021/04/lukraine-va-moderniser-les-t-80-ud.html

    L'Ukraine servant même de territoire de repos à d'inquiétants personnages:
    http://www.opex360.com/2019/11/23/lukraine-est-elle-en-train-de-devenir-une-terre-de-refuge-pour-les-jihadistes-de-letat-islamique/

    http://www.opex360.com/2021/03/11/terrorisme-le-renseignement-francais-preoccupe-par-les-balkans/

    Avec des Balkans, toujours chauffés à blanc:
    https://www.euractiv.fr/section/avenir-de-l-ue/news/michel-silent-over-unofficial-document-mulling-border-changes-in-western-balkans/

    Notamment par l'armement américain du Kosovo, qu'oncle Sam veut doter d'une armée alors que c'est un proto-état mafieux (avec d'ex-dirigeants enfin devant la CPI):
    https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/le-kosovo-sous-l-aile-protectrice-de-l-ami-americain_1987156.html

    La police kosovare a acheté 3 Bastion. Les américains leur ont fourni 200 Humwee...
    https://www.forcesoperations.com/des-bastion-pour-les-unites-speciales-de-la-police-kosovare/

    Un petit air de foutage de gueule...

    RépondreSupprimer