jeudi 18 mai 2017

Sylvie Goulard devient la nouvelle ministre des Armées


Mercredi 17 mai a été dévoilé le gouvernement du Premier Ministre Edouard Philippe, lui même nommé ce lundi 15 mai par le Président de la République Emmanuel Macron.
La grande question en ce qui concerne la défense tournait autour du maintien, ou non, de Jean-Yves Le Drian. Lui succède finalement à l'hôtel de Brienne une européenne convaincue, Sylvie Goulard. Et la surprise, c'est que celle-ci n'est pas ministre de la Défense, mais ministre... "des Armées" !

Le montage photo est tout à fait non-officiel !


Emmanuel Macron annonçait la parité dans son gouvernement, c'est chose faite avec 11 femmes parmi les 22 ministres et secrétaire d'Etat. Et l'une d'elles obtient une des grandes fonctions régaliennes, avec le poste de "Ministre des Armées". Sylvie Goulard, 52 ans, eurodéputée issue des du Modem succède en effet à Jean-Yves Le Drian, qui déménage lui non loin de l'hôtel de Brienne, au Quai d'Orsay.


Récapitulons: le ministre de la Défense Le Drian devient "Ministre de l'Europe et des Affaires Etrangères", et est remplacé au Ministère de la Défense, non, "des Armées" par une spécialiste de l'Europe (notamment des finances).
C'est tout un monde que l'annonce de cette nouvelle dénomination a surpris ! Il aura même fallu 24h pour que le logo du Ministère évolue. Il faudra également penser à revoir la façade du Balardgone.



Le "Ministère des Armées", et les questions que cela pose

Ministère des Armées donc. L'institution n'avait plus porté ce nom depuis 1974, date à laquelle elle avait adopté le titre que nous connaissions donc depuis maintenant 43 ans. Plutôt que de nous lancer dans divers hypothèses sur un changement de doctrine à la tête de l'Etat, nous attendrons de connaître les explications de ce choix, de la part du Premier Ministre, de la Ministre, ou même pourquoi pas du Président Macron lui-même.

Le choix est étonnant quand on regarde l'évolution des dernières années. Le Livre Blanc notamment mélangeait "Défense" et "Sécurité Nationale" (et il n'est absolument pas certain que cela change avec le nouveau document attendu). On constatait un élargissement, une diffusion de la notion de Défense à travers la société. Ce Ministère des Armées semble annoncer comme un recentrage.

En tout cas, on connaît déjà quelques mécontents: les personnels civils de la défense... qui rappelons le ne travaillent pas obligatoirement pour une des 3 armées.
Évoquons les armées d'ailleurs. Terre, Air et Marine Nationale sont de facto spécifiquement mises à l'honneur. De plus, faut-il s'attendre à la naissance d'une armée cyber, une priorité du nouveau Président déjà conceptualisée comme la 4ème armée ? Sans oublier qu'au Ministère de l'Intérieur, les gendarmes sont toujours militaires malgré le changement de maison en 2009 (mais là je digresse).

Avec l'élection d'Emmanuel Macron, soutenu par Jean-Yves Le Drian, le monde de la défense s'attendait à de la continuité. Il est donc amusant de constater que cette véritable surprise, si on n'imagine pas encore qu'elle rebatte les cartes institutionnelles, a le mérite de faire réagir. Et réfléchir.


Le pari européen 

La nouvelle ministre des armées, Sylvie Goulard, a passé la majorité de sa carrière au sein des institutions européennes, où elle a commencé par travailler sur le dossier de la réunification allemande. Pas rien.
On la dit novice en matière de Défense, mais on sait au moins déjà qu'elle sera bien entourée, avec pour Directeur de cabinet Martin Briens, diplomate Sous-Directeur de la non prolifération au MAE et Directeur de la stratégie de la... DGSE !



Avec une europhile au Ministère des Armées, le ton est donné. La volonté française de relancer l'Europe de la Défense ira au delà des mots (le fait que le Ministère des Affaires Etrangères place l'Europe au premier plan en est une preuve supplémentaire). C'est ici un pari, un pari risqué même, puisque nous ne pourrons pas avancer sans que nos alliés y mettent la volonté et les moyens. Cette bataille est loin d'être gagnée, mais la France d'Emmanuel Macron envoie là un signal très fort. Un de plus.

On remarquera enfin - et surtout je dirais - qu'une des spécialités de Sylvie Goulard est la finance, ce qui devrait jouer sur le plan franco-français au moment où il faudra négocier la nouvelle LPM et des budgets en hausse constante pour atteindre 2% du PIB. 
Tout comme cela aiderait sûrement si la carte de la soustraction des efforts de défense des critères de Maastricht devait être invoquée par le camp tricolore à Bruxelles.


Le Drian, un poids lourds au Quai d'Orsay

Le jeu de mots à la mode aujourd'hui dans la presse était de parler de "ministre désarmée", en sous entendant:
  • soit que le Président de la République Emmanuel Macron comptait remettre la main sur les affaires militaires (façon quinquennat de Nicolas Sarkozy où l'Elysée pilotait nombre de dossiers majeurs). La ministre des armées aurait elle pour mission de bâtir la défense européenne.
  • soit que Jean-Yves Le Drian partait aux Affaires Etrangères avec ses dossiers, en premier lieu ceux touchant aux ventes d'armement.

Evidemment, il est trop tôt pour jouer les devins. Mais selon moi, le nouveau poste de Jean-Yves Le Drian fait sens pour plusieurs raisons.
Premièrement, il s'agit d'un homme jugé efficace, pragmatique, maîtrisant ses sujets. Et comme l'indique le nouveau nom du Quai d'Orsay, l'Europe est LE dossier prioritaire. Il sera secondée en ce sens par la Ministre des Affaires Européennes Marielle de Sarnez.

Sur le plan économique, ses succès sans précédent en matière d'armement pourraient bien se voir décliner à tous les pans de l'économie (avec cette fameuse formule de l'Equipe de France), afin de réussir à résorber cette balance commerciale toujours déficitaire.

On l'oublie également peut-être, mais Emmanuel Macron arrive au pouvoir avec la volonté de régler politiquement les crises sécuritaires, et bien évidemment en priorité celles qui regardent la France et ses forces armées. Son discours au Mali sera probablement très intéressant à ce niveau. De ce point de vue, Jean-Yves Le Drian pourrait bien au Quai d'Orsay reprendre le fil des dossiers qu'il connait déjà par cœur, dans le sens de la normalisation.

Enfin, JYLD est devenu en l'espace de cinq ans une personnalité incontournable à la tête de l'Etat, qui plus est très appréciée des français. Et il ne fallait pas moins qu'un mastodonte des affaires internationales pour représenter la France en l'état actuel de la géopolitique mondiale. En effet, face à un Sergueï Lavrov par exemple (le MAE russe), il faut bien cela. Emmanuel Macron a sans doute vu juste en confiant les affaires étrangères à un vieux briscard.


Emmanuel Macron sera dès ce soir auprès des soldats français au Mali, accompagné de la ministre des Armées. Peut-être y verra t-on des premiers indices concrets du fonctionnement de la Défense Nationale de ce quinquennat à venir.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire